L’atmosphère était cordiale hier dans la salle de la municipalité de Beau-Bassin/ Rose-Hill. L’heure des récompenses avait permis de mettre en lumière des talents à la fois académiques et sportifs, dont les lauréats de la cuvée 2017… Des jeunes qui ont fait la fierté et qui ont brillé sur la scène mauricienne. Ken Fong, maire de Beau-Bassin/Rose-Hill, parle de « devoir de récompense » envers ces jeunes comme pour les encourager à donner le meilleur d’eux-mêmes. Il a aussi mis l’accent sur le sens du sacrifice. « Mem sa ki finn “échoué”, lavi pa aret la. Nu tu bizin fier det morisien », dit-il.

Fabrice Bauluck, champion du monde en Kickboxing, a pour sa part évoqué son parcours sous le signe de l’humilité. « Dans la vie, ce qui fait la différence, c’est l’état d’esprit. Il faut savoir exploiter à fond notre talent et nous donner les moyens d’atteindre nos rêves. Tout cela passe aussi par des sacrifices. Je lance un appel à tous les jeunes de se lancer des défis et d’évoluer sur un parcours exceptionnel que représente le sport », a-t-il dit. Et de poursuivre : « L’échec, ce n’est ni une fatalité ni un obstacle. Il suffit de croire en vos capacités. »

ans et lauréat de la cuvée 2017 au Collège Royal de PortLouis en filière scientifique, partira bientôt pour Londres pour une carrière de gynécologue. « Je suis surtout redevable envers mon pays. Être lauréat, c’est beaucoup de travail, de sacrifices et mon choix de carrière est lié à la vie. Il y a un taux de mortalité élevé, mais un enfant, c’est aussi porteur de vie », a-t-il lancé. Ken Fong, le maire de BeauBassin/Rose-Hill, a confié au Mauricien que la municipalité « se fait toujours un devoir de récompenser » les meilleurs chaque année. « Il y a les lauréats, les athlètes. On veut renouveler les aménités de la ville. Autre point qui ne nous laisse pas insensibles, c’est le problème des drogues synthétiques. On fera prochainement une marche pacifique pour sensibiliser les jeunes sur ce fléau. Nous faisons confiance à la jeunesse », a-t-il dit.