Jeudi 26 novembre est une date que le Commissaire des Prisons, Jean Bruneau, son personnel et les 219 détenus de la prison de Petit Verger garderont longtemps dans leurs souvenirs. La raison étant qu’en ce jour, ils ont reçu la visite de la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim ! La circonstance était une exposition ayant trait au recyclage des déchets au sein de cette prison. Une visite qui restera gravée d’autant que la présidente Fakim, elle-même scientifique et passionnée des plantes, a tenu à saluer cette initiative de la prison et souhaité qu’elle fasse école auprès de tous les Mauriciens.
Félicitant le CP Bruneau, son personnel et les détenus affectés au projet de recyclage des ordures, Ameenah Gurib-Fakim a tenu aussi à ce que « ce type d’initiative, qui s’inscrit en ligne directe avec la philosophie de ce gouvernement qui est de promouvoir une île Maurice verte et durable, fasse école non seulement ici en prison, mais aussi dans nos écoles, nos entreprises et maisons. En somme, partout dans l’île ! Ce serait le début d’une véritable révolution verte ». Abondant dans le même sens, le ministre de l’Environnement, Raj Dayal, également convié à cette fonction, a signifié son « full support à la prison dans le cadre de ce projet. Au niveau de mon ministère, nous allons tout mettre en oeuvre pour vous faciliter la tâche et vous aider à aller plus loin ».
Faisant un tour des lieux, le temps de découvrir les différentes étapes de la collection des déchets divers et leur transformation en compost, Ameenah Gurib-Fakim n’a pas caché son « émerveillement » quant aux procédures établies. Devant les plantes qui ont été traitées avec ce compost-maison, la présidente de la République a été davantage « agréablement impressionnée ». La scientifique et passionnée des plantes a tenu, dans son allocution devant le parterre d’invités et de détenus présents pour l’occasion, à faire ressortir que « c’est là un projet qui va certainement aider nombre de détenus à devenir financièrement indépendants à leur sortie. Je suis convaincue qu’ils seront nombreux à pouvoir se lancer dans cette direction, d’autant qu’ils seront « self-employed », ce qui réduit un obstacle majeur dans les cas des détenus en quête de travail, car ils ne peuvent produire de certificat de moralité ». Qui plus est, a ajouté la présidente, « je suis aussi d’avis que ces détenus seront des ambassadeurs d’une nouvelle Île Maurice verte et où le soin de l’écologie figurera parmi leurs priorités ! Forts de la formation dont ils ont bénéficié ici, au sein de la prison, grâce aux officiers qui les ont encadrés, ils sauront transmettre à leur entourage immédiat les principes d’un bon tri de déchet et de son utilisation à bon escient ! »
De son côté, Raj Dayal a tenu à rappeler que « toute initiative concernant le recyclage des déchets mérite notre total appui. Comme nous sommes embarqués dans une entreprise de rendre notre île plus verte, face surtout aux conditions climatiques changeantes, de par le monde entier, il est de notre devoir de soutenir ce type de projet ». Le ministre de l’Environnement est également d’avis « qu’il faut impérativement valoriser les efforts de ces détenus engagés dans ce projet de recyclage d’ordures, car ces derniers contribueront à l’économie verte de Maurice ».
Étaient présents et conviés à l’exposition, ce jeudi à Petit Verger, les maires des différentes villes ainsi que des conseillers et présidents des conseils de district. Le ministre de la Fonction Publique, Alain Wong, avait également fait le déplacement. Ameenah Gurib-Fakim a procédé à la mise en terre d’un arbre, afin de marquer son passage à la prison de Petit Verger.