Le “Constitutional Case” en Cour suprême logé par Rezistans ek Alternativ, concernant la déclaration ethnique des candidats aux élections générales, a été appelé devant le Deputy Master and Registrar de la Cour suprême, Shameem Hamuth-Laulloo, ce matin.
Me Priya Cheetoo, du State Law Office, a indiqué que le comité ministériel institué pour se pencher sur la question de la réforme électorale, comme annoncé par le Premier ministre sir Anerood Jugnauth, s’est réuni à plusieurs reprises. Un statement a étonné le conseil légal de Rezistans ek Alternativ, soutenant qu’il n’en a pas été informé. Raison pour laquelle Rezistans ek Alternativ est venu soutenir devant le Deputy Master and Registrar de la Cour suprême, qu’il n’y a eu aucun développement concernant la décision du PM de revoir la réforme électorale et d’apporter des amendements à la Constitution.
Rezistans ek Alternativ sera de nouveau en cour le 7 avril pour faire part de sa position eu égard au statement en question.
Rappelons, par ailleurs, que sir Anerood Jugnauth avait annoncé l’institution d’un comité ministériel pour se pencher sur la question de la réforme électorale et que « the issue of declaration of community of candidates will surely be addressed ». Me Cheetoo du State Law Office avait ajouté lors d’une précédente séance que les prochaines élections générales ne sont prévues que dans quatre ans, s’appesantissant sur le fait que la réforme fait partie du programme électoral de l’Alliance Lepep. Rezistans ek Alternativ n’avait pas objecté à la demande de renvoi du State Law office lors de la précédente séance, préférant allouer le temps nécessaire au gouvernement pour venir de l’avant avec la réforme. Cette fois-ci, les membres du parti ont un nouveau point de vue, demandant que l’affaire soit entendue sur le fond au plus vite. Les membres du parti se disent surpris par le statement du State Law Office, affirmant n’avoir pas été consultés concernant la tenue du Comité ministériel, qui se penche sur la réforme. Selon les membres de Rezistans ek Alternativ, l’État ne peut faire fi de ses responsabilités devant l’obligation de respecter le Ruling du Comité des Nations unies pour les Droits de l’Homme au chapitre de la réforme électorale, ajoutant que cette réforme aidera à « décommunaliser le système électoral ». Rezistans ek Alternativ est représenté par Me Rex Stephen, Anekha Punchoo et Ashvin Ramdhane.