Le mini-remaniement ministériel est « un indicateur du début de la fin du gouvernement ». C’est ce qu’a avancé hier le leader du MMM, Paul Bérenger, commentant les derniers développements au sein du gouvernement lors d’un point de presse au restaurant Opium. Dans le même souffle, il a réclamé la démission du gouvernement.
« Nous avions l’intention de demander la démission de Roshi Bhadain, de Vishnu Lutchmeenaraidoo et de Showkutally Soodhun. Cependant, notre devoir vis-à-vis du pays nous oblige à demander la démission de tout le gouvernement. C’est un gouvernement complètement décrédibilisé et qui est devenu dangereux pour le pays », a dit Paul Bérenger lors de son point de presse hier.
Le leader du MMM s’est ensuite livré à un procès en règle contre trois ministres. À commencer par celui des Services financiers et de la Bonne gouvernance, Roshi Bhadain, considéré par Paul Bérenger comme « un danger public, mais qui a été principal décoré de sir Anerood Jugnauth pour le 12 mars ». D’autre part, « ce que Roshi Bhadain a fait au niveau de l’Heritage City et de la BAI le condamne complètement, et il aura à rendre des comptes plus tard », a déclaré Paul Bérenger. « Je ne pensais pas qu’on aurait pu être pire que Dan Callikhan à la MBC. Or, Roshi Bhadain a réussi à le faire. Au moins, sir Anerood Jugnauth a eu le courage de lui arracher la MBC », a-t-il poursuivi.
S’agissant du nouveau ministre des Affaires étrangères, le leader de l’opposition a estimé que Vishnu Lutchmeenaraidoo a été « un flop total en tant que ministre des Finances ». Il poursuit : « Summum du ridicule, il est le seul ministre au monde à avoir envoyé un certificat médical au gouvernement pour justifier son absence. » De plus, le leader de MMM s’est dit « étonné » que Vishnu Lutchmeenaraidoo ait accepté le portefeuille de ministre des Affaires étrangères, « avec lequel il n’est pas familier ».
Par ailleurs, Paul Bérenger a estimé que « le ministre Lutchmeenaraidoo aura à rendre des comptes pour le projet de Smart City au Domaine Les Pailles ». Le leader mauve dit avoir constaté qu’aussitôt installé comme ministre, Vishnu Lutchmeenaraidoo a nommé sa soeur dans le conseil d’administration de la SIC avant qu’elle n’occupe le poste de directeur par intérim de la corporation. Paul Bérenger a observé qu’en son absence, le cabinet a référé le dossier du projet du Domaine Les Pailles à l’ICAC.
Poursuivant, le leader de l’opposition a critiqué le prêt obtenu par le ministre Lutchmeenaraidoo de la SBM,  « à des taux d’intérêt choquants », et d’avoir offert en garantie « un bien qui avait déjà été utilisé comme garantie auparavant ». Avant d’estimer : « Si aujourd’hui Lutchmeenaraidoo est encore ministre, c’est que le gouvernement a peur d’une élection partielle à Rivière-du-Rempart. »
Au sujet du traité de non-double imposition avec l’Inde, Paul Bérenger a reproché « la manière dont les ministres Bhadain et Lutchmeenaraidoo ont manié » ce dossier. « Ils ont saboté Maurice. De plus, le ton adopté par Vishnu Lutchmeenaraidoo vis-à-vis de l’Inde est inacceptable », a-t-il fait ressortir.
Quant au ministre des Terres et du Logement, Showkutally Soodhun, le leader de l’opposition a observé que « sa façon de faire constitue le symbole de ce que sir Anerood Jugnauth est devenu ». D’autre part, Paul Bérenger n’a pas épargné Etienne Sinatambou, « qui a été une catastrophe aux Affaires étrangères ». En outre, le leader du MMM déplore le fait que ce dernier ait pris ce ministère « à un moment où il faut réinventer les centres d’appels et revoir toute la stratégie en matière de technologies de l’information et de la communication ».