Sur les 136 collèges qui accueilleront des élèves en Grade 7 l’année prochaine, seul un quart enseignera le kreol morisien. Une situation que le Pr Arnaud Carpooran, de l’Université de Maurice (UoM), avait qualifiée de « floue et menaçante pour tout le travail abattu jusqu’ici ». Après avoir poussé un coup de gueule, il a réuni les différents partenaires la semaine dernière. Un plan de travail a été mis en place en vue de permettre aux élèves de Grade 6 ayant étudié le kreol morisien au primaire de continuer à le faire au secondaire. Celui-ci passe notamment par le recrutement de nouveaux enseignants de kreol morisien.
Selon le document d’admission en Grade 7, émis par le ministère de l’Éducation, seuls 37 collèges sur un total de 136 offriront le kreol morisien au secondaire l’année prochaine. Ceux-ci sont ainsi répartis dans les différentes zones : 12 en zone 1, neuf en zone 2, huit en zone 3 et sept en zone 4. De ce nombre, on compte 18 collèges d’Etat, cinq collèges catholiques, 12 collèges privés tombant sous la PSSA ainsi que le MGI de Moka et le St Andrew’s College.
Le Professeur Arnaud Carpooran, doyen de la faculté des sciences humaines et sociales de l’UoM, également Personal Chair de Kreol Studies et président de la Kreol Speaking Union, n’avait pas caché son mécontentement devant une telle situation. D’où l’organisation d’une table ronde la semaine dernière pour dégager une solution. Parmi ceux présents : Menon Munien pour le ministère de l’Éducation, Nita Raghoonundun-Chellapermal pour le MIE, Jimmy Harmon et Gilberte Chung pour le SeDEC, ainsi que Daniella Police et le Pr Carpooran pour l’UoM.
Il en revient d’abord qu’une vingtaine d’enseignants seulement sont actuellement formés par le MIE pour enseigner le kreol morisien en Grade 7 l’année prochaine. Ceux-ci sont des enseignants en langues ayant accepté d’entrer dans ce projet, et ce dans le cadre d’un appel à candidatures du ministère de l’Education. La possibilité d’offrir cette matière l’année prochaine dépend ainsi de la disponibilité des enseignants. On sait notamment que le SeDEC avait fait une demande pour que ses enseignants du Prévoc, qui sont déjà formés pour le kreol morisien, puissent aussi être inclus dans ce groupe, mais le ministère n’a pas agréé à cette demande. 
En contrepartie, le ministère a lancé un appel pour des “supply teachers” récemment, et cela concerne également le kreol morisien. Arnaud Carpooran indique : « Nous avons déjà une vingtaine de jeunes qui viennent de quitter l’université avec un BA French and Kreol Studies. Ils pourront postuler dans un premier temps comme supply teacher de kreol morisien en attendant que la PSC travaille sur les modalités pour un recrutement à plein-temps. D’autre part, nous avons suggéré que le ministère relance “l’expression of interest” pour les enseignants de langues. Avec les “supply teachers”, cela devrait nous permettre d’avoir un nombre supplémentaire d’enseignants en kreol morisien pour introduire le sujet dans d’autres collèges. »
Le Pr Carpooran souligne que le petit comité compte se réunir une deuxième fois pour faire un suivi de la situation. La question de l’offre du kreol morisien en Grade 7 dépendra également de la demande des parents. Ceux-ci ont déjà été avisés des collèges qui offriront cette matière lors des procédures d’admissions réalisées en août dernier.