REPORTAGE - LAFERM COCO À BAMBOUS VIRIEUX : Quand la nature redevient reine

Stéphane Rouillard nous a accueillis sur son exploitation nichée à Bambous Virieux où il expérimente l’agro-écologie depuis un an. Ce fermier totalement novice a accompli un travail impressionnant et veut partager son savoir et sa démarche à la jeune génération. Laferm Coco, où ne poussent pas que des cocotiers, est la preuve d’un autre avenir ou d’un nouveau modèle de vie.
Le chant des oiseaux mêlé à celui des canards s’approchant pour souhaiter la bienvenue, le parfum de la terre arrosée par la pluie, une cabane perchée en hauteur d’une vallée verdoyante à perte de vue, des bottes et des outils, un hamac. Autant de choses à découvrir sur la ferme de Stéphane Rouillard. Ces sensations simples qu’offre ce bout de terre situé à Bambous Virieux donnent l’impression que le temps s’est arrêté à l’époque où les gens se contentaient de l’essentiel et s’accordaient du temps pour se ressourcer auprès de la nature.
Laferm Coco est un lieu de nature et de convivialité. Ici, laitues, carottes, tomates, herbes aromatiques et autres légumes poussent sur plusieurs plates-bandes, un peu dans tous les sens. L’ensemble semble un peu chaotique mais, en réalité, tout a été minutieusement calculé. Stéphane Rouillard, propriétaire de la ferme, y cultive selon les principes de l’agro-écologie. Cela consiste à utiliser la nature et son fonctionnement comme facteurs de production, en profitant de l’écosystème et de la biodiversité.

La santé des sols et des êtres vivants.
Ce n’est pas tout à fait bio, précise-t-il. “Je dirais que mes produits sont naturels. Le bio est un label, avec un cahier des charges bien précis, auquel l’exploitation de mon modeste jardin ne répond pas forcément.” Mais peu importe le mot utilisé pour décrire la nature de ce qui se passe dans cette ferme, perdue dans la montagne comme une île d’un trésor encore caché, il trouvera les termes pour dire comment il cultive “la santé des sols et des êtres vivants”.
Autour d’un thé ou d’un café, à l’ombre d’une terrasse construite avec des feuilles de tôle de récupération, le fermier nous propose d’abord une petite présentation avant de mieux découvrir son havre de paix. Tout commence en 2016, lorsque Stéphane Rouillard, alors employé dans la gestion de projet dans le domaine de la construction, fait la rencontre de Pierre Rabhi, père de l’agro-écologie en France. Séduit par le mouvement, il décide de tout arrêter pour prendre un nouveau départ. Ce terrain de cinquante arpents, autrefois sous culture de cannes, devient la pièce maîtresse de son aventure. “Je suis parti de rien. Aujourd’hui, je me sens à l’aise et heureux dans mon rôle de fermier”, nous confie-t-il, en balayant d’un regard pensif mais admiratif la transformation aboutie après des heures de dur labeur.

Regarder davantage la nature.
Laferm Coco a fait le choix de s’orienter vers l’agro-écologie. En résumé, c’est une exploitation qui vise à créer un écosystème agricole, équilibré, autonome sur le plan énergétique et produisant plus de matières premières qu’il n’en consomme. Pas question ici de champs à perte de vue, saturés en engrais et produits et consommant des quantités d’eau astronomiques, le tout exploité avec des machines agricoles très énergivores. Ici, on revient aux fondamentaux, avec des cultures et de l’élevage adaptés au climat et à la nature des sols du lieu et créant les conditions pour que tout un écosystème harmonieux se mette en place pour éviter tout déséquilibre.
Stéphane Rouillard, 50 ans, est loin d’être au bout du chemin. “Je suis totalement novice dans ce domaine. Mais j’apprends et je persévère.” Malgré les embûches, le résultat en vaut la peine. Au début, ils étaient nombreux à le prendre pour un fou, mais il ne regrette pas d’avoir fait confiance à ce concept. “L’idée de l’agro-écologie est vraiment de regarder davantage la nature puisqu’elle invente beaucoup plus que nous. Elle assure l’autonomie et l’économie et elle nous rappelle chaque jour l’importance de préserver nos terres et la santé de nos familles.”

Un petit paradis de verdure.
Des morceaux de grillage par ici, un puits par là : en sillonnant les allées, entre l’atelier des micropousses et les semis, le poulailler ou les coins des lapins, des brebis ou les panneaux solaires, Stéphane Rouillard ne se lasse pas de raconter la création de sa ferme agro-écologique. Aujourd’hui, c’est un petit paradis de verdure que le fermier, aidé de quelques ouvriers agricoles, entretient avec amour. “Je pense avoir toujours eu un rêve comme celui-là mais il était enfoui quelque part. Je l’ai conservé et il a mûri pour finalement prendre cette direction.”
Au-delà de l’aspect purement agricole, Laferm Coco a pour objectif la formation à l’agro-écologie. “Après l’avoir expérimentée, je suis convaincu que chacun pourrait inventer sa manière de la pratiquer dans son jardin, sur son balcon, dans son école ou son quartier, et même dans leurs exploitations, pour les agriculteurs qui seront intéressés par la démarche.”
Depuis peu, Laferm Coco est ouverte gratuitement au public et propose des activités pédagogiques pour les établissements scolaires et aussi pour que les enfants et leurs parents puissent s’initier à l’agro-écologie.