À la date limite pour la soumission des candidatures des athlètes désirant se retrouver au sein du bureau du Comité olympique mauricien (COM), rien que deux candidatures ont été obtenues, à savoir celles de Ravi Bhollah et Karen Foo Kune. Leur nomination devra être avalisée au cours de la prochaine réunion du COM.
Karen Foo Kune, ancienne badiste ayant participé aux Jeux Olympiques de Beijing et team-manager de la délégation féminine à Rio, conservera ainsi son poste. De son côté, Ravi Bhollah, qui était également en action lors de cette édition des JO et aujourd’hui entraîneur national, effectuera son entrée au sein du comité. Il succédera ainsi à Stephan Buckland, qui avait soumis sa démission en cours de mandat. 
Mais ce manque d’intérêt des athlètes ayant déjà participé aux JO interpelle Philippe Hao Thyn Voon, président du COM. « Nous avons soumis des convocations à toutes les fédérations concernées et à notre grande surprise, rien que deux candidatures ont été obtenues. Je n’arrive pas à comprendre ce manque d’intérêt et cette indifférence. Il ne nous reste maintenant qu’à avaliser ces deux candidatures. »
Philippe Hao Thyn Voon se dit d’autant plus déçu car son voeu était de créer un comité des Olympiens comme stipulé lors des amendements à la Constitution lors de la réunion du 7 avril dernier. « Cela aurait permis de réunir tous ceux ayant participé aux différentes éditions des Jeux Olympiques depuis 1984 et, à partir de là, les membres de ce comité auraient désigné leurs représentants au sein du COM. »
Il nous revient toutefois que les boxeurs Richard Sunee, Bruno Julie et Richarno Colin auraient soumis leur application pour se retrouver au sein du Comité des Olympiens vers la fin de la semaine dernière. Reste que la priorité de Ravi Bhollah et de Karen Foo Kune sera de tout entreprendre afin d’instituer ce Comité des Olympiens.
Dans un autre ordre d’idées, la participation de l’île de la Réunion aux prochains Jeux des îles à Maurice en 2019 demeure toujours floue. Après la déclaration de Thierry Grimaud, président du comité organisateur lors des derniers JIOI à l’île soeur en 2015, à l’effet que La Réunion pourrait organiser des Jeux alternatifs, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Stephan Toussaint, a rencontré de manière informelle le secrétaire du COM, Kaysee Teeroovengadum, hier matin. Si le ministre est en faveur d’une participation réunionnaise, il n’en demeure pas moins que des éventuels amendements à la Charte des Jeux ne pourront être apportés qu’au cours d’un réunion du Conseil International des Jeux. Or, aucune réunion ne devrait être tenue avant février de l’année prochaine.