Le groupe Harel Mallac a enregistré des pertes après-impôt de Rs 58,8 millions pour l’exercice financier 2015 comparativement à des profits nets de Rs 71,6 millions en 2014, année marquée par des bénéfices beaucoup plus conséquents (Rs 150,9 millions contre Rs 10,7 M en 2015) provenant de la vente de certains actifs.
Opérant non seulement à Maurice mais dans plusieurs pays africains (Burundi, Madagascar, Rwanda, Tanzanie et Zambie) et comptant des activités dans divers secteurs (agro-industrie, ingénierie, TIC, imprimerie, voyage, commerce de détail et industrie hôtelière), le groupe Harel Mallac a poursuivi en 2015 sa réorganisation dans le cadre du déploiement de son plan stratégique. En dépit d’un environnement économique difficile, indique la direction dans son rapport publié hier matin, le groupe a vu ses revenus croître dans tous les secteurs d’activités pour atteindre Rs 4,7 milliards contre Rs 4,3 md en 2014. « Most activities of the Group show an improvement in operational performance compared to last year », souligne la direction. Les pertes avant frais financiers ont ainsi diminué de Rs 14 millions.
Mais le groupe devait terminer l’année avec des pertes nettes de l’ordre de Rs 59 millions attribuables en grande partie à la contre-performance de son secteur commercial de détail ainsi qu’aux problèmes encourus au niveau des opérations en Zambie et en Tanzanie. Ces deux pays ont été affectés par des taux de change défavorables.
La direction d’Harel Mallac note également que les profits provenant des compagnies associées et des partenariats ont diminué de Rs 13 millions. Ce sont principalement les entreprises opérant dans les secteurs de la construction, de l’ingénierie et des matières premières qui ont été les plus touchées. Par contre, la performance du groupe au niveau du secteur « hospitality » a été encourageante.
Évoquant les perspectives, Harel Mallac fait ressortir que malgré le fait qu’il y a encore des défis à relever, le management est confiant que les « changes already implemented in 2015 and the continuing restructuring measures planned for 2016 are expected to position Harel Mallac for a return to sustainable profitability ».