REUNION: Deuxième nuit d’émeutes, les violences s’étendent

Le Quotidien ( Une du 23.02.12)

Une deuxième nuit d’émeutes a secoué la Réunion malgré les appels au calme lancés mercredi 22 février et une  manifestation contre la violence au Chaudron. Les violences se sont étendues aux communes du Port et Saint Benoît. Les affrontements entre pilleurs et forces de l’ordre n’ont pas cessé tout au long de la nuit : bombes lacrymogène, cocktails Molotov, barrages de feu, magasins pillés, voitures incendiées, intervention des hélicoptères de la gendarmerie... Les troubles s’enchaînent et la population est excédée. Ces manifestations s'inscrivent  dans le cadre du ras-le-bol des Réunionnais contre la vie chère. 
Le même scénario que la veille s’est reproduit au Chaudron mais également au Port et à Saint Benoît. La concession Peugeot de la Rivière des Galets a été attaquée dans la nuit, tout comme le Case du Chaudron qui a été pris pour cible, ainsi que le Score Labourdonnais à Saint Benoît... 
A Saint-Benoît, la tension est aussi montée d’un cran la nuit dernière. De nombreux jeunes se sont rassemblés dans le quartier de Labourdonnais. Les émeutiers ont ensuite caillassé le Jumbo Score. Les vitres du magasin ont été explosées. Dans ce secteur, plusieurs poubelles ont été éventrées et abandonnées sur la chaussée. Les autorités se sont déployées en nombre afin de repousser les casseurs. Au niveau du rond-point de Bras-Canot, une quarantaine de manifestants s’était aussi rassemblée. 
Environ quarante gendarmes se sont répartis le long de l’avenue Jean Jaures, particulièrement devant le Score de Labourdonnais, et sur le rond point de Bras Canot. Les grilles du Score ont été défoncées vers 22 heurs. Des pilleurs ont eu le temps de voler des bouteilles d’alcool et des cigarettes avant l’arrivée des gendarmes. Un hélicoptère de la gendarmerie a été missionné pour survoler la zone. 
La situation s’est calmée après minuit. Mais face à ces nouveaux troubles, les gendarmes ont continué à faire des rondes dans leur fourgon pendant une bonne partie de la nuit.Vers une heure du matin, le sous-préfet Serge Bideau a confirmé l’interpellation de 5 émeutiers à Saint-Benoit. 
Le Chaudron s'enflamme encore
Au chaudron tout a commencé vers 20 heures avec l’arrivée d’une centaine de jeunes amassés devant le Jumbo Score avec la ferme intention de rentrer par effraction dans cette grande surface. 
  
Après plusieurs minutes d’essai infructueux, les pilleurs sont repartis avant de se rassembler dans la rue principale du Chaudron : barrages en feu, voitures brûlées, le Case du Chaudron pris pour cible... Le Chaudron s’est embrasé et ce matin, les habitants expriment leur ras-le-bol face à ces tensions. 
Face à ces incidents multiples, la réplique de la police a été sévère : à coup de flashball et de gaz lacrymogènes. Vers 23 heures, la violence est encore montée d’un cran. Les émeutiers ont réussi à faire reculer la police pour mettre le feu dans un container situé dans la cour du Jumbo. 
Vers minuit, un hélicoptère de la gendarmerie a survolé le quartier avec grosse lumière. Les émeutiers se sont donc dispersé mais certains n’ont pas hésité à se diriger vers le Moufia. De minuit à 2h30, la situation était plus calme, plusieurs petits groupes se sont au fil du temps éparpillés autour du Chaudron.