REZISTANS EK ALTERNATIV : « La campagne lancée officiellement le 27 septembre »

Le parti Rezistans ek Alternativ a donné la date officielle du début de sa campagne au No 18. A partir du 27 septembre, les activistes éco-socialistes, déjà sur le terrain, commencent une campagne de porte-à-porte au plus près des habitants de la région. Dans sa conférence de presse hebdomadaire, le parti a également tiré à boulets rouges sur l’ancien Attorney General, Ravi Yerrigadoo qui « n’est qu’un énième exemple de ‘pouritir’ dans ce pays ».

« Les citoyens ont rendez-vous pour un choix historique », a affirmé Dany Marie, membre de Rezistans ek Alternativ, hier à Moka. Entrant de plain-pied dans le mood électoral dès l’annonce des partielles le 17 décembre, le parti a placé sa conférence sous le signe de l’écologie. « Notre candidat Kugan Parapen représentera toutes nos valeurs écologiques. Il mettra la question climatique au centre de toutes les préoccupations », a soutenu pour sa part David Sauvage. « Au lieu de s’acharner sur des projets autour du pétrole et du charbon, l’on devrait engager notre transition énergétique, à travers énergies renouvelables, urbanisme intégré, dont les transports alternatifs et l’économie circulaire, soit la transformation des déchets, entre autres », a-t-il soutenu. 
Par ailleurs, Rezistans ek Alternativ qui « compte plusieurs jeunes partisans », espère ainsi récolter un bon nombre de votes pour dire non  aux partis traditionnels. Et d’ajouter que la campagne officielle débute le 27 septembre prochain avec une réunion avec tous les membres et partisans.
Les autres membres du parti ont également évoqué la démission de Ravi Yerrigadoo durant la semaine. « Il a déshonoré l’institution qu’il représente ! Il n’aurait pas dû en tant qu’Attorney General s’impliquer dans une telle affaire », a fustigé Dany Marie. Le parti espère toutefois que le nouvel Attorney General Maneesh Gobin prendra en considération leur réclamation sur la réforme électorale pour « que les candidats n’aient pas besoin de décliner leur appartenance ethnique, pour qu’il y ait des élections sur une base proportionnelle et pour la transparence quant au financement des campagnes ».
Dany Marie a aussi salué Nirmala Maruthamuthu « qui a osé prendre la parole et défier un ministre ». « Showkutally Soodhun a fait des insinuations à caractère anti-femme et l’on réclame des excuses publiques à Nirmala Maruthamuthu et aux citoyens en général », a-t-elle déclaré. 
Jean-Yves Chavrimootoo a, quant à lui, félicité le courage des habitants de la région de Goodlands, Poudre d’or, et Bois Rouge entre autres. « C’est impressionnant de voir un mouvement citoyen s’opposer ainsi à des promoteurs IRS pour la construction de 135 villas à Bain-de-Rosnay, soit un petit bijou naturel du Nord, encore inexploité. Et, il faut le dire haut et fort, que la compensation financière n’est pas la priorité des pêcheurs et des habitants de la région ! Ils veulent garder ce petit bout de plage intact, tel est leur unique souhait », a affirmé Jean-Yves Chavrimootoo, autre membre du parti. Les citoyens sont ainsi invités aujourd’hui à un pique-nique sur la plage où les pêcheurs et habitants feront visiter les lieux. 
En effet, avec ce projet de construction de villas, quelque 135 bateaux de près de 300 chevaux mouilleront dans le lagon où cohabitent plusieurs espèces piscicoles indigènes. « Les pêcheurs qui y travaillent ont été appelés à déplacer leur pirogue à Basin Labou, soit un autre site où il n’y a que des mangliers. Ce n’est pas correct, car cet endroit est comme une sorte de cimetière de bateaux », a précisé ce dernier. Rezistans ek Alternativ soutient ainsi le Kolektif Bain-de-Rosnay dans ses démarches et demande que les citoyens fassent de même.
 

 
Jack Bizlall veut deux confrontations:  l’une avec la droite et l’autre entre partis de gauche
Jack Bizlall, le candidat désigné par le Mouvement Premier Mai (MPM) à l’élection partielle dans la circonscription no. 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes), trouve que la date du 17 décembre pour le scrutin est très appropriée. “Cette date donnera amplement le temps aux partis et candidats concernés de développer leurs idées et leurs projets. Pour sa part, le MPM souhaite qu’il y ait deux confrontations. Une première avec les partis de droite sur leur idéologie, leurs projets et leurs actes passés, en appelant les électeurs à ne pas voter pour eux. Il faut nécessairement rétablir dans le pays un rapport de forces entre les partis de droite et ceux de gauche”, déclare-t-il. 
Toujours selon Jack Bizlall, il doit également y avoir une autre confrontation, celle-là au sein de la gauche elle-même. “Puisqu’il n’a pas été possible d’aligner un candidat commun de toute la gauche en raison des divergences de vue, le MPM provoquera cette 2e confrontation pour permettre aux partis qui se réclament de gauche de dire publiquement leurs différences, de développer leurs idéologies et de faire connaître leurs projets de façon que le public puisse ensuite faire un choix à gauche, dans la clarté.”
Jack Bizlall appréhende, cependant, que le manque de fonds n’affecte la campagne du MPM. Il dit refuser de recourir à des contributions, même celles venant de la part de militants, et vouloir compter plutôt sur les recettes qu’il obtiendrait de la vente d’un livre qu’il publiera bientôt.