Rezistans ek Alternativ dénonce une fois de plus un taux d’inflation trop élevé, qui par effet domino, diminue le pouvoir d’achat des consommateurs. Dans sa conférence de presse, hier, à Moka, le parti éco-socialiste a tenu à tirer la sonnette d’alarme sur de nombreux points et invite ceux intéressés le 6 septembre au Batelage pour un débat. Le parti a par ailleurs affirmé avoir entendu l’appel de Jack Bizlall et reste ouvert aux éventuelles discussions.
« Maurice est la championne de l’inflation », a soutenu Kugan Parapen. Dénonçant la hausse de 6% du taux d’inflation, ce dernier soutient que « tout le monde ne sera pas affecté de la même manière par cette hausse ; seuls les citoyens obtenant un salaire de moins de Rs 15 000 sentiront l’effet de cette hausse alarmante et inacceptable ». Une situation due, dit-il, à l’incompétence du ministre des Finances et du « Premie minis bagas Pravind Jugnauth », s’est insurgé le candidat à la partielle à venir au N° 18. Selon lui, la flambée de l’inflation est due au processus de « gentrification », qui se caractérise par trois aspects, soit la crise du logement, la forte augmentation du coût de la vie par le biais des taxes indirectes et le déplacement de la population.
Rezistans ek Alternativ demande au gouvernement de « changer son fusil d’épaule, sans quoi le coût de la vie augmentera encore plus. Par ailleurs, l’Opposition doit veiller à ce que le pouvoir d’achat des citoyens ne se détériore pas ». Il met également le gouvernement en garde contre toute tentative d’abolir la compensation salariale et rappelle au Premier ministre l’urgence de mettre en place un salaire minimal.
Toujours dans le contexte de la « gentrification », Kugan Parapen a fustigé « les amendements choquants du Board of Investment (BOI) à l’Immigration Act et à la Promotion Investment Act. Un investisseur qui injecte plus de 500 000 dollars dans un Initial Public Offering (IPO) peut obtenir un Permanent Residence. Ce n’est pas logique. Il est clair que c’est une mesure taillée sur mesure pour les lobbies des grands propriétaires terriens ».
Commentant le rapport du Fonds monétaire international (FMI), Rezistans ek Alternativ félicite les officiers du FMI qui ont su dénoncer « l’indiscipline de notre ministre des Finances, qui a essuyé un revers retentissant de cet organisme international ». Kugan Parapen soutient cependant que le FMI a failli dans son analyse de la dette et lui demande de fouiller encore plus. Citant l’exemple de la dette grecque, le parti espère que le FMI ne commettra pas la même erreur de jugement avec Maurice.
En ce qu’il s’agit de la Protected Area Network Expansion Strategy, Michel Chiffonne dénonce pour sa part l’incohérence du ministre Mahen Seeruttun. « Seulement 4 % de notre zone est protégée », soutient-il avant de dénoncer les contradictions de l’État. « Le ministère de l’Environnement est contraint d’importer du sable pour la plage de Mon-Choisy et d’implanter des récifs artificiels dans la mer. Sans compter l’argent dépensé inutilement dans la construction d’une route dans le Sud menant directement à l’aéroport, au Holiday Inn et au très prochain hôtel du Chaland ». Rezistans ek Alternativ demande par ailleurs au ministre de l’Énergie Ivan Collendavelloo d’expliquer comment il compte assurer la transition énergétique une fois que les contrats des IPP arriveront à terme, soit dans trois ans.