photo archive

L’intérêt que porte le ministère de l’Intégration Sociale à un projet de relogement pour les familles vivant dans des maisons ex-CHA à la cité Richelieu est un signe d’espoir auquel s’accrochent ces dernières.

Lasses des promesses faites de toute part, la quinzaine de familles vivant dans ces maisons, sans colonnes et en état de décrépitude, ont appris qu’elles bénéficieront de matériaux pour construire une nouvelle maison sur le terrain où se trouve leur logement.

Si la nouvelle réjouit les potentiels bénéficiaires, même s’ils ne connaissent pas encore les modalités de leur relogement, d’autres familles ne tombant pas dans la catégorie de foyers éligibles pour une aide sociale, mais qui ont besoin d’être relogées, ne partagent pas la même joie. Elles devront vivre encore dans des conditions précaires avant de se voir proposer une solution.