Rita Venkatasawmy, la successeure de Vidya Narayen au poste de l’Ombudsperson pour les Enfants prêtera serment ce mercredi à la State House. Contrairement à Shirin Aumeeruddy-Cziffra, la première à occuper ces fonctions en 2003, et ce jusqu’en 2011, le mandat de l’ancienne juge, Vidya Narayen, n’a pas été renouvelé. L’Ombudsperson for Children Act prévoit la possibilité d’un deuxième mandat (uniquement) de quatre ans. Mais Vidya Narayen, une avocate des enfants plutôt discrète et peu encline à des déclarations de presse, quittera son bureau de Beau-Bassin pour accéder à d’autres responsabilités et céder la place à une figure connue dans le secteur de la promotion des droits de l’enfant, et qui n’est pas issue de la profession légale. Pour la future Ombudsperson pour les Enfants, le fait de ne pas être du courant judiciaire, à l’instar de ses prédécesseures, ne sera pas un handicap. “Il faut évoluer. Le cadre juridique fait provision pour la nomination d’une personne qui n’est pas de la profession légale”, déclare d’emblée Rita Venkatasawmy. En effet, le paragraphe 2 de la section 3 : Establishment of office of Ombudsperson for Children de l’Ombudsperson for the Children Act, stipule : “The Ombudsperson for Children shall be a person who has a wide knowledge of the issues and the law relating to children in Mauritius.”  Forte de sa longue expérience dans la prise en charge des enfants victimes d’abus divers et handicapés, de son engagement, de sa maîtrise des droits de l’enfant selon la Convention des Nations Unies, il ne fait aucun doute que Rita Venkatasawmy dispose des connaissances et acquis pour mener à bien la mission qui l’attend. D’ailleurs, vu son parcours, cette dernière se devra être intransigeante sur le respect des droits de l’enfant, notamment par les institutions. Après avoir créé et dirigé le  Centre de Développement et d’Education pour les Enfants Mauriciens (CEDEM) pendant trente et un an, Rita Venkatasawmy a fait un trait sur son ONG pour s’atteler à ses nouvelles fonctions. Elle démissionnera également du CSR Committee où elle siégeait depuis la relance du comité sous la présidence de Danielle Wong.
“Beaucoup de responsabilités, qu’il me faudra assumer, m’attendent”, devait d’emblée déclarer Rita Venkatasawmy à Week-End après qu’elle a officiellement pris connaissance de sa nomination. Depuis quelque temps déjà, le nom de Rita Venkatasawmy circulait dans le milieu social pour être celle qui allait succéder à Vidya Narayen. L’ancienne directrice du CEDEM affirme qu’elle n’était pas au courant de ces rumeurs. “J’ai appris ma nomination de manière officielle il y a quelques jours. Personne ne m’a rien dit auparavant”, explique-t-elle. Nièce de lady Sarojini Jugnauth, Rita Venkatasawmy insiste sur sa nomination apolitique. “Ma nomination pourrait être perçue comme étant politique. Mais ce n’est pas le cas. J’ai été nommée par la présidente de la République. Le bureau de l’Ombudsperson for the Children est une institution indépendante et je serais indépendante !”, a déclaré cette dernière. La nouvelle avocate des enfants est d’avis “qu’il est prématuré de parler de (ses) priorités”. Néanmoins, elle laisse entendre que le rapport du Fact Finding Committee, présidé par Denis Vellien, sur les shelters pour enfants l’intéresse au plus haut point. D’ailleurs, alors qu’elle était la directrice du CEDEM, elle a elle-même déposé auprès du comité. Elle prendra aussi connaissance, en profondeur, du rapport annuel du bureau de l’Ombudsperson pour les Enfants. Lequel rapport aurait été lancé sans bruit !