ROBERT YIP TONG : L’alchimiste de la musique

Cela fait 20 ans que Kawai tient une place prédominante dans le monde de la musique à Maurice. En sus des nombreux trésors du Music Shop de la rue Joseph-Rivière, la compagnie s’est associée à de nombreux événements et a contribué à l’essor de l’industrie de la musique locale. Pourtant, rien ne prédestinait Robert Yip Tong à un tel parcours.
Ce sont de belles guitares Godin qui accueillent les visiteurs à l’entrée du magasin Kawai. Tout autour, la large gamme d’enceintes et d’autres accessoires musicaux font état d’un choix raffiné. Que l’on y vienne pour acheter ou voir, c’est un petit voyage historique que l’on entreprend. Souvent, Alain, gérant du magasin, est plus emballé de raconter l’histoire de chaque instrument que de le vendre. C’est avec la même passion que Robert Yip Tong, le propriétaire, nous parle de son commerce. Mais avant de parler musique il nous convie à un détour par le monde de la médecine.
 
Intégrité.
Un chimiste qui atterrit dans l’industrie de la musique. Tel est le parcours étonnant de Robert Yip Tong, qui soigne aujourd’hui les mélomanes. “Avant je travaillais en tant que consultant dans le contrôle de la qualité pour les produits pharmaceutiques au Canada”, raconte-t-il en rigolant. Mais son expérience dans l’univers pharmaceutique n’est pas aussi amusante. “En principe, tout produit fini qui ne respecte pas les normes n’atteint pas la vente. Un jour quand mon patron m’a demandé de signer la certification pour des médicaments qui ne respectaient pas les normes, j’ai refusé et je suis retourné à Maurice”, poursuit l’ex-chimiste. Après cette mésaventure, il s’essaye dans la vente de pneus pour finalement rejoindre la compagnie familiale, la vente de pianos et claviers, au début des années 1990.

Transition.
Entre une foule de guitares et d’amplificateurs qui ornent aujourd’hui le magasin, on distingue deux larges pianos. Un instrument qui fut un temps le produit phare du magasin, qui est d’ailleurs le revendeur officiel de Kawai, une marque de pianos japonaise. “À l’époque les claviers étaient en vogue. On avait même commencé une école de piano avec un professeur russe du conservatoire Frédéric Chopin pour promouvoir le business.” Peu de temps après, Robert se retrouve à la charge de la compagnie et côtoie de près l’industrie musicale nipponne, qui se révèle pour lui plus fascinante que celle des cachets d’aspirine. “J’ai visité pas mal d’usines de fabrication d’instruments de musique. Ma première fut l’usine de pianos à queue de Kawai. De la sélection du bois jusqu’à l’assemblage d’un piano, c’est une longue marche. Imaginez la traversée de presque 17 terrains de base-ball, où chaque étape est tout aussi impressionnante que la précédente”, dit-il. Au fil des années le piano passe au second plan, détrôné par les instruments à cordes pincées.

Passion.
Dans son bureau à l’étage du magasin, Robert nous dévoile une merveilleuse collection personnelle de guitares acoustiques qu’il entretient depuis longtemps. Il nous montre son dernier bijou, une Seagull, fabriquée par la marque canadienne Godin, à la souplesse hors pair et dont le corps préserve la texture brute du tronc d’arbre. La plupart des guitares disponibles chez Kawai ne sont certes pas des guitares à petit budget car Godin est une marque aux instruments soignés, très populaire chez les jazzmen les plus raffinés. Notre interlocuteur nous partage sa fascination pour cette marque particulière avec un enthousiasme contagieux. “Godin c’est le génie d’une personne. Il y a 40 ans, Robert Godin, le fondateur, avait hérité de la lutherie de son grand-père et voulait faire des guitares. Il a alors acheté une concession forestière et ainsi devenu le seul fabriquant de guitare à posséder sa propre source de bois”. Robert nous transporte ensuite dans la magie Godin en nous montrant la pièce maîtresse de la collection, une Multiac ACS-SA, portant la signature de Keziah Jones. “La majorité des employés dans l’usine acoustique de Godin au Québec sont des femmes. On dit que les femmes sont plus attentives aux détails”.

Temps fort.
Pour élargir le business, Robert se lance par la suite dans la production son et lumière. Nombreux se souviendront du passage de la chanteuse belge Lara Fabian au Centre Swami Vivekananda en 2006. C’était Kawai Entertainment qui avait fait venir l’artiste à Maurice. “Produire un artiste étranger à l’île Maurice était une expérience que j’avais toujours voulu faire. On était aussi le premier producteur à oser offrir un siège à Rs 1 000”, révèle Robert. Ce dernier a également produit le deuxième album de Cassiya en 1994. “Le deuxième album d’un artiste est souvent un flop. Cassiya II a été un succès et vingt ans après ils sont toujours là!”
Malgré cette fabuleuse aventure musicale, Robert Yip Tong ne délaisse pas son passé. “Il y a un moment où on réfléchit à ce que l’on a fait dans la vie. Et moi j’ai décidé de retourner à l’école”, nous avoue l’ex-chimiste, qui fait actuellement un MBA. Un nouveau tournant pour cet homme au parcours déjà étonnant.
À l’occasion de la Fête de la musique, le magasin Kawai offre un rabais de 30 % sur tous ses produits. Instruments à cordes, percussions, claviers, pianos, enceintes et accessoires d’enregistrement, tout pour faire le bonheur des musiciens… et futurs musiciens.