Actuellement sous les feux des projecteurs avec le bungalow de Navin Ramgoolam, le projet de Smart City et la nouvelle ferme éolienne, entre autres, ce village de la côte nord-est passe par une phase de transition. Les caves, le Parc National de Bras d’Eau, les plages de mer turquoise avoisinantes ne sont plus les seules attractions qui incitent les visiteurs locaux et étrangers à faire un détour par Roches Noires. Ce qui fait évidemment la fierté des villageois. Tout en plongeant dans leurs souvenirs d’antan, les aînés se disent heureux d’avoir évolué et de savoir que Roches Noires peut servir d’exemple au reste du pays.
Dès l’entrée de ce village du nord-est de l’île, on constate que Roches Noires a su garder son cachet authentique, avec une dense végétation qui longe les routes, malgré le développement. Les températures élevées du moment se font rarement sentir avec la verdure, qui laisse circuler un air frais et agréable dans certains endroits. Un détour dans la localité nous fait découvrir la beauté des lieux, où les gens vivent modestement, tout en étant fiers d’être de cette côte de l’île.
Ce qui fait leur fierté en ce moment, ce sont les 11 éoliennes de 65 mètres de haut qui surplombent le village et qui fourniront de l’électricité à quelque 12,000 foyers de la région. Cette transformation dans le paysage de Roches Noires attire non seulement l’attention des passants et des automobilistes qui traversent cette route, mais fait aussi de nombreux curieux dans le village.
Plus tôt ce jeudi matin, Harrydith Kishto et son épouse s’étaient fait un devoir de se rendre dans les alentours de l’entrée du Parc National de Bras d’Eau pour découvrir et admirer ces géants de fer, à la conquête du vent. “Je me suis promis de les prendre en photo et de faire une vidéo pour montrer les éoliennes aux membres de la famille qui habitent loin et qui n’ont pas eu l’occasion de les voir. Histoire de les impressionner et surtout de leur montrer que Roches Noires suit l’évolution. Et leur faire savoir qu’il n’y a que chez nous qu’on peut voir de telles merveilles.”