Le Cover Up allégué d’un accident de la voiture de la magistrate de Rodrigues, Meenakshi Bhogun-Ramjuttun, survenu le 17 juillet 2014, revient sur le tapis. Une escouade du Central CID a fait le déplacement dans l’île en vue de compléter les dernières séances d’interrogatoire Under Warning et de compiler les derniers indices au sujet de cette sinistre affaire, impliquant une Toyota noire immatriculée 4398 JL 08 et attribuée à la magistrate Meenakshi Bhogun-Ramjuttun, avant de soumettre le dossier à l’Office of the Director of Public Prosecutions. Ainsi, la Woman Police Constable Gébert, qui avait rapporté cet accident au poste de police de Port-Mathurin le lendemain des faits, a été longuement entendue. Un autre témoin majeur, susceptible de mieux expliquer ce qui s’est passé au moment précis, intéresse également les limiers du Central CID en vue d’expliciter le Cover-Up dans cette affaire.
Les faits de cette affaire sont qu’une entrée consignée dans l’Occurrence Book du poste de police de Port-Mathurin à 13h40 le 18 juillet 2014 révèle que vers les 12h15, la constable Gébert, qui était au volant de ce véhicule officiel dans la région de Jean Tack où réside la magistrate, aurait été prise d’un malaise. À cet effet, elle avait perdu le contrôle de la voiture, qui s’était donnée contre le mur de la maison. La vitesse indiquée de la voiture était de cinq km/h et que des dégâts avaient été causés à la partie arrière la voiture, soit « the rear part on the offside. »
Toutefois, les photos de la voiture accidentée de la magistrate, prises après l’accident, montrent que la partie avant-droit de la Toyota avait subi d’importants dégâts. Ce constat n’avait pas été rapporté officiellement avant que le véhicule ne soit transféré au garage de la Commission de l’Infrastructure publique de l’Assemblée Régionale de Rodrigues pour des réparations. Dans un premier temps, l’inspecteur Rajesh Moorghen avait rapporté cette délicate affaire à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) pour des délits allégués de Conspiracy et de faux et usage de faux en ciblant l’ancienne magistrate du tribunal de Port-Mathurin.
L’enquête du Central CID a connu des rebondissements avec le témoignage d’un mécanicien, dont les services ont été requis pour débloquer le véhicule dans un autre endroit où aurait eu lieu l’accident. Affaire à suivre.