Photo illustration

L’Assemblée régionale de Rodrigues et la Tourism Authority ont conclu un protocole d’accord pour assurer la formation des opérateurs touristiques. Un autre aspect de coopération porte sur la durabilité de ce secteur économique. L’Union européenne (UE), par le truchement de son nouvel ambassadeur, Vincent Degert, a assuré Rodrigues de son soutien visant à promouvoir le tourisme durable et la transition écologique. Saluant l’engagement de l’UE dans le financement de ce projet, le ministre du Tourisme, Anil Gayan, qui avait fait le déplacement à Rodrigues à l’occasion de la signature de cet accord, a fait comprendre que Maurice, Rodrigues et La Réunion « travaillent sur un projet conjoint visant à être des destinations de rêve ».

Ce protocole d’accord ouvre des opportunités de formation à un millier d’opérateurs touristiques sur des thématiques tels que le tourisme durable, les notions de base dans l’industrie du tourisme, le service et l’authenticité. La formation sera dispensée par le Pôle de Formation Vatel. Le ministre Gayan maintient que l’avenir du secteur touristique de Rodrigues est « très prometteur ». Il poursuit : « Si Rodrigues est déterminée à allonger la piste d’atterrissage et que le gouvernement de Maurice et l’Union européenne sont partants pour financer ce projet, c’est par ce qu’il y a une volonté pour avoir plus de gros-porteurs qui viennent à Rodrigues. Cela amènera un boost au secteur touristique et d’autres secteurs économiques. C’est pour cette raison qu’on doit avoir confiance dans cette industrie. L’avenir de celle-ci est très brillant. Nous travaillons avec La Réunion et Rodrigues pour faire qu’elles soient des destinations de rêve. »

Le ministre du Tourisme a invité les opérateurs touristiques à travailler pour un « intérêt commun », favorisant le développement du tourisme durable. Abordant l’incidence du changement climatique sur le touristique, le ministre du Tourisme a félicité Rodrigues pour les mesures prises en faveur de la protection de l’environnement.

Pour sa part, le chef commissaire de l’Assemblée régionale de Rodrigues, Serge Clair, a mis l’accent sur le fait que le tourisme est « une industrie durable, certes, mais vulnérable ». Il explique : « Le tourisme comprend un développement très spécifique. C’est un secteur majeur pour le développement de notre île. Dans le processus de développement de ce secteur, on ne veut pas que Rodrigues soit isolée. Nous sommes obligés de travailler ensemble. Cet accord qu’on signe s’insère dans l’optique de travailler ensemble afin de partager nos expériences et nos connaissances. » Et de réitérer l’engagement du gouvernement régional de faire de Rodrigues une « île écologique spéciale ».

Par ailleurs, l’engagement de l’UE pour le financement des projets dans le cadre du développement du tourisme durable a été fortement salué. « Notre engagement envers la MTA et ce projet en particulier va dans le sens du partenariat solide UE-République de Maurice pour promouvoir la transition écologique et lutter contre le changement climatique. Des questions de développement durable, d’environnement et de changement climatique sont au cœur des relations extérieures de l’Union européenne. Nous avons choisi d’appuyer la MTA dans sa démarche de faire de Maurice et de Rodrigues des destinations vertes, car elle est en ligne avec notre politique sur le tourisme durable », ajoute Vincent Degert.

La mission de l’UE par rapport au tourisme est de « promouvoir le développement d’un tourisme durable, responsable et de qualité ». L’accord a été signé entre Khoudijah Boodoo, directrice de la MTA, et Pamela Sooprayen-Kwet On, chef de département de la Commission du Tourisme.