Après la série de manifestations, le Minority Leader à l’Assemblée régionale de Rodrigues monte au créneau pour dénoncer les arrestations, signe d’une politique de répression pratiquée par le pouvoir.

Avec la sévère sécheresse, qui sévit à Rodrigues depuis plusieurs mois déjà, la situation au niveau de l’approvisionnement en eau devient de plus en plus problématique. Ainsi, pour faire entendre leur voix, des Rodriguais sont descendus dans la rue. En effet, au cours de ces derniers jours, des manifestations se sont multipliées et la police procédant à des arrestations, démarche qui n’est pas bien vue dans l’île. La police traite ces protestations comme des manifestations illégales avec des arrestations et des inculpations. D’ailleurs, lors d’un point de presse bilan, le Minority Leader à l’Assemblée régionale de Rodrigues, Nicolas Von Mally, a fustigé les autorités pour cette approche prônant la répression au lieu de comprendre la détresse de ces familles, privées d’eau pendant de longues périodes.

Depuis le mois de novembre, des habitants de plusieurs villages allant de Montagne-du-Sable à Grand-La-Fouche-Mangues en passant par Baie-du-Nord, Dans-Coco, île Michel et Dans-Bébé, sont descendus dans la rue pour attirer l’attention sur le grave problème d’eau les affectant. La tactique employée était de bloquer les principales routes avec des troncs d’arbres et des détritus, sans plus. Mais face à la multiplication de ces incidents, la police a pris la décision de changer de tactique même si les autorités disent comprendre la gravité de la situation. Ainsi, des interpellations ont été exécutées pour des délits de « taking part in a riot » et « unlawful gathering » avec des risques de détérioration de la paix sociale.

La police mandée

Au cours de la semaine écoulée, dans le village de Dans-Bébé, des manifestants avaient obstrué la route principale et très fréquentée entre Baladirou et Mont-Lubin. A la demande des automobilistes et autres usagers de la route, la police a dû être mandée sur les lieux pour déblayer la route et ramener à la raison les manifestants. Ces derniers allèguent qu’ils sont sans une goutte d’eau depuis bientôt deux mois. « Nou ti gagn delo depi kumansma novam ek delo pe desane dans tuyau passe dans nou village aller. Nou noiu pa gagner. Kot mwa pe pourri, linges salle, vaisselle sale et pena delo pou zanimo bwar etk pou baigner. Pa konne kot pou ale cherche delo, camion citerne passer plein avec delo pas donne nou. Mo pa konnecouma mo pou faire dans sa periode la fin lánnee la. Latet pe fatiguer avek sa probleme la », fait comprendre une des manifestantes, les larmes aux yeux.

Commentant la situation à Rodrigues en cette fin d’année, le leader du Mouvement Rodriguais regrette que les Rodriguais subissent de manière frontale les conséquences de la pénurie d’eau. Il trouve navrant que la population ait à faire face à ce genre de problèmes en cette fin d’année. « Ce n’est pas le manque d’eau qui pose problème, mais la mauvaise distribution. Le fait que le gouvernement régional, dirigé par l’OPR, ait cru bon de fermer la Rodrigues Water Company et de limoger les techniciens expérimentés dans ce domaine a accentué ce problème », a-t-il déclaré. Il dénonce aussi la politique de la gestion de l’eau stockée dans les réservoirs réhabilités par le Mouvement Rodriguais, de même que l’exploitation des nappes phréatiques. « Durant la saison pluvieuse, c’est l’eau de surface qui aurait dû être exploitée, en laissant nos réserves d’eau souterraine se reconstituer.

Ainsi, durant la période sèche, nous aurions pu prendre avantage de ce potentiel d’eau. Malheureusement, c’est le contraire que ce présent gouvernement est en train d’adopter. Il exploite l’eau souterraine durant la période pluvieuse et utilise l’eau croupie des réservoirs presque asséchés durant la période sèche ! » déplore Nicolas Von-Mally.

Avec huit manifestations en moins d’un mois, le leader du MR demande aux autorités de faire preuve d’indulgence vis-à-vis de ces manifestants. « Pa kapav nek trappe bann manifestants là alle fermé parski zot pé réklam zot drwa ! Sé komiser ki okip delo la ki ti bizin alle fermer parski li pa apé distribué delo la kuma bizin !» s’insurge-t-il en ajoutant « si servi represyon kont lepep Rodrigues akoz li pé manifesté, sa riské dégénéré, parski dimoune la apé trop souffer. Nou riské gagne enn explosyon social dan Rodrigues ! »

Dans un autre ordre d’idées, le MR trouve que les mauvaises décisions entérinées ainsi que l’absence de décisions dans d’autres cas de la part du gouvernement régional OPR viennent du fait qu’il y aurait trop de tiraillements au sein de ce parti. « On dirait que Rodrigues est sur pilotage automatique. L’OPR semble vouloir garder le pouvoir à tout prix, quitte à avaler des couleuvres les unes plus grosses que les autres ! Il semblerait qu’il n’y a aucun capitaine à bord. Donc, chacun fait ce qui lui plaît, même des business les uns plus juteux que les autres ! » constate Nicolas Von-Mally.