Le Suisse Roger Federer a agrémenté son nouveau rang de N.1 mondial par un 97e trophée en remportant dimanche le tournoi ATP-500 de Rotterdam aux dépens du Bulgare Grigor Dimitrov (5e), surclassé en deux sets, 6-2, 6-2, et en moins d’une heure (53 min).

Assuré de retrouver le sommet du classement dès sa qualification pour les demies, Federer, le N.1 le plus âgé de l’histoire à 36 ans et six mois, a mis un point d’honneur à remporter pour la troisième fois ce tournoi après 2005 et 2012 lors de sa 146e finale sur le circuit.

« Quelle superbe semaine », a déclaré le Suisse. « Le but au début de la semaine était de se qualifier pour les demi-finales. C’est absolument incroyable, je suis vraiment ravi », a-t-il ajouté.

Après ce deuxième succès de l’année à la suite de l’Open d’Australie, le Suisse pointe désormais à 12 unités de l’Américain Jimmy Connors, vainqueur de 109 tournois dans sa carrière.

Cette finale entre le maître de la planète tennis et celui que l’on surnomme « Baby Federer », âgé de 26 ans et qui compte huit titres, s’est révélée à sens unique. Federer a fait deux fois le break par set, n’a pas concédé une seule balle de break contre lui et s’est montré supérieur dans tous les compartiments du jeu notamment en retour.

Débordant souvent son adversaire, qui disputait sa première finale de l’année, par ses accélérations, Federer, qui n’a plus occupé le trône de N.1 depuis octobre 2012, a conclu en beauté par un enchaînement service-volée.

Dimitrov a encore du chemin à parcourir pour inquiéter son modèle contre lequel il a concédé sa 7e défaite en autant de matches avec seulement deux sets gagnés.

Pour son programme à venir, Federer décidera dans quelques jours s’il se rend à Dubaï pour un ATP-500 qui débute le 26 février.

Le Suisse possède une maison et un centre  d’entraînement aux Emirats arabes unis et s’est imposé à Dubaï, un tournoi sur dur, à sept reprises.

Son parcours aux Pays-Bas cette semaine ne semble pas l’avoir trop entamé physiquement avec un seul set perdu en quarts de finale face au Néerlandais Robin Haase.