La présidente de la SADC Parliamentary Women’s Caucus, Monica Mutsvangwa, a fait un long plaidoyer en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes au nom du Regional Women’s Parliamentary Forum (RWPF), dans lequel elle a cité la contribution de Maurice dans la lutte pour la libération des femmes dans la région de la SADC. Elle a parlé d’Anjalay Coopen, ce travailleur agricole tué en 1943 à Belle Vue Harel au cours d’une fusillade de la police de l’époque coloniale.
Selon Monica Mutsvangwa, le nom d’Anjalay Coopen est entré dans l’histoire comme étant celui d’une femme laboureur ayant dédié sa vie à la libération de la femme à Maurice. « Elle est devenue une martyre et une figure historique importante de l’histoire contemporaine de Maurice ainsi qu’une icône de la lutte de la population en faveur des droits humains contre la tyrannie coloniale britannique et des barons sucriers dans les années 40’ », a-t-elle fait ressortir. Elle a poursuivi pour dire que, malgré l’adoption de la Convention des Droits Politiques des Femmes et 20 ans après la Beijing Platform of Action, la vie parlementaire reste dominée par les hommes. Mme Mutsvangwa a cité le protocole de la SADC sur le genre et le développement, qui vise à assurer une parité 50-50 entre les hommes et les femmes au niveau des collectivités locales, du Parlement, du Conseil des ministres et des instances de prises de décision dans le secteur public. « Nous vous implorons, vous les hommes, de nous aider à atteindre cet objectif », a-t-elle déclaré.
Selon elle, les femmes font encore face à de nombreux défis, dont un accès raisonnable à des positions du pouvoir, le manque de transparence dans les prises de décisions et le processus antidémocratique pour les femmes qui viennent de se joindre à la politique, le manque de volonté de la part des citoyens pour accepter de nouvelles idées au sujet de l’égalité du genre, le manque d’autonomie financière, entre autres questions économiques.
Pour sa part, le Speaker du Parlement, Razack Peeroo, également président en exercice du SADC Parliamentary Forum, a parlé de l’idée de faire de cette instance de la SADC un « Parlement régional ». « Devenir ou pas un vrai Parlement est une question qui tombe sous la seule responsabilité du Sommet de la SADC. À ce stade, nous ne pouvons que souhaiter que le Sommet de la SADC accède éventuellement au souhait de nos différents Parlements », a-t-il déclaré. Selon lui, un des objectifs d’un Parlement Régional est de promouvoir l’intégration régionale, de réussir le développement et la croissance économique au sein des États membres de la SADC. Selon lui, le SADC Parliamentary Forum est dévoué à améliorer l’excellence parlementaire à travers le développement des capacités tant au niveau national que régional. Ce forum offre, a-t-il ajouté, une orientation nationale et une formation en leadership, tant aux anciens qu’aux nouveaux Parlements dans la région. Ce forum, inauguré par le Président de la République Kailash Purryag, prend fin vendredi.