Robin Maximilien Philippe Lombard-Truche, plus connu sous le nom d’Om Lombard, mannequin international français de 48 ans, avait été arrêté par la Division Métropolitaine de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU) le mercredi 13 avril 2016. Il répond d’une accusation provisoire de trafic de drogue. Sa demande pour sa remise en liberté conditionnelle lui a été accordée hier. Il a dû fournir deux cautions, une de Rs 20 000 et l’autre de Rs 200 000, et signer une reconnaissance de dettes de Rs 1 M.
Om Lombard est suspecté d’avoir fait importer des graines de cannabis qui se trouvaient dans de la nourriture pour oiseaux. Le mercredi 13 avril, la brigade antidrogue avait effectué une descente dans les locaux de l’animalerie d’Om Lombard, Zoomania, située sur la route principale de Grand-Baie, pour une perquisition. Après une fouille minutieuse des lieux, la police avait trouvé des graines de cannabis dans des boîtes en carton et des sachets en plastique, dont certains portaient l’inscription “Versele-Laga”, le tout contenant de la nourriture pour oiseaux.
Lors de sa comparution en cour pour sa demande de remise en liberté, Om Lombard a fait part de son étonnement quant aux accusations portées contre lui. Il s’est dit « choqué » car il dit avoir toujours « vendu légalement des produits de notoriété internationale » et ne « savait pas » pas que le produit saisi par l’ADSU « était prohibé ».
Venu avancer les points d’objection sur la remise en liberté d’Om Lombard, le sergent Chowdharry de l’ADSU avait concédé que l’enquête vient de débuter. La police attend toujours les résultats du rapport du Forensic Science Laboratory (FSL) sur les pièces à convictions saisies à l’animalerie d’Om Lombard. Selon le sergent Chowdharry, la valeur des graines saisies est estimée à Rs 4,5 M. Dans son argumentation, il a soutenu que l’accusé pourrait quitter le pays, commettre un nouveau délit ou encore interférer avec les témoins, s’il est relâché. Contre-interrogé par Me Gavin Glover, le sergent devait avouer qu’il n’était pas au courant que l’importateur de ses produits s’était mis à la disposition de la police pour tout éclaircissement relatif à l’enquête. Me Glover a soutenu en cour que la présomption d’innocence devait prévaloir dans ce cas car « les faits qui lui (Om lombard) sont reprochés n’ont pas été prouvés ». Certains « manquements » au niveau de l’enquête policière ont également été relevés par l’homme de loi.
La magistrate Shefali Gannoo a hier tranché en faveur d’une remise en liberté, notant qu’Om Lombard aurait eu l’occasion de s’enfuir du pays quand un premier suspect avait été arrêté. Mais il ne l’a pas fait. Om Lombard a donc été relâché sur parole hier et s’est présenté au tribunal de Mapou aujourd’hui pour s’acquitter de deux cautions. Il est défendu par Me Gavin Glover, Me Assad Peeroo et Me Rishi Bhoyroo.