SAISIES RECORD EN SÉRIE : Navin Kistnah rapatrié hier

Ce Prime Suspect dans le trafic de drogue utilisant des compresseurs d’une valeur marchande de Rs 2,5 milliards venant d’Afrique du Sud, en fuite depuis le 8 mars, devant la BRC ce matin
  • Une inculpation provisoire de Importation of Heroin with an averment of Trafficking, in breach of Sections 30 (1) (b) (ii), 41 (3), 41 (4), 47 (2) et 47 (5a) sous la Dangerous Drugs Act retenue
  • l Les Casernes centrales gardent le mutisme complet autour du retour à Maurice de celui qui détient la clé de ce réseau hors du commun avec des ramifications remontant à des caïds en prison et des avocats en tant que courroie de transmission présumée
  • Les hommes de loi du suspect, Mes Valayden et Dulloo, s’attendent à une première Legal Visit à 13h lundi au terme des dispositions de la Dangerous Drugs Act

Navin Kistnah, Prime Suspect dans l’un des plus importants réseaux de drogue en voie de démantèlement, a été rapatrié hier en fin de journée. Bientôt une quarantaine de jours depuis qu’il avait pris la fuite en direction de l’Afrique du Sud, croyant pouvoir échapper aux conséquences de l’opération conjointe de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) et de la Customs Anti-Narcotics Team de la Mauritius Revenue Authority (MRA) avec la saisie record de 135 kilos d’héroïne d’une valeur marchande de Rs 2 milliards. Un mandat d’arrêt international avait même été émis contre lui aussi bien qu’une Red Notice de l’Interpol. Après cette opération du 9 mars dernier, deux autres cargaisons d’héroïne, soit d’une valeur marchande de Rs 350 millions et de Rs 50 millions respectivement, adoptant le même modus operandi, de sachets des drogue dissimulés dans des compresseurs de gaz cylindriques et venant d’Afrique du Sud dans des conteneurs, ont été découvertes. Même si, à ce stade, aucune information n’a transpiré quant aux destinataires de cette drogue, tout semble indiquer que ce même réseau, avec des ramifications remontant à des parrains de la mafia, purgeant de lourdes peines d’emprisonnement et des courroies de transmission bénéficiant de l’appui d’hommes de loi, serait à l’œuvre.
En effet, avec son arrestation au Mozambique depuis le 28 mars dernier, Navin Kistnah, opérant également comme Customs Broker sous le faux nom de Kushal Ramchurn, a été rapatrié sous forte escorte en passant par l’Afrique du Sud et arrivant à Maurice, par le vol venant de ce pays. Aussitôt son débarquement sur le sol mauricien, ce suspect a été pris en charge par les hommes du Deputy Commissioner of Police et patron de l’ADSU, Choolun Bhojoo.
Une première séance d’interrogatoire était prévue dans la nuit d’hier à ce matin en prévision d’une éventuelle comparution aujourd’hui devant la Bail and Remand Court (BRC). Toutefois, officiellement, la police continue à faire preuve de mutisme, ou de réticence, pour confirmer, hier, officiellement le moindre détail au sujet du transfert de Navin Kistnah de Maputo à Maurive via l’Afrique du Sud. Le suspect est arrivé dans les locaux de l’ADSU vers les 21 h 15, hier soir, pour être placé en détention.
En principe, Navin Kistnah devra être inculpé provisoirement du délit de Importation of Heroin with an averment of Trafficking, in breach of Sections 30 (1) (b) (ii), 41 (3), 41 (4), 47 (2) et 47 (5a) sous la Dangerous Drugs Act, soit les mêmes charges que celles logées contre l’homme d’affaires et Zanfan Lakaz du Sun Trust, Geanchand Dewdanee, et le ressortissant indien Sibi Thomas. Ces deux suspects, qui nient toute participation et toute connaissance directe dans la première saisie d’héroïne ont été appréhendés le lundi 13 mars et sont toujours en détention policière. Après le passage à la Bail and Remand Court, cet Honorary Member d’une écurie affiliée au Mauritius Turf Club, pourrait subir de nouvelles séances d’interrogatoire au QG de l’ADSU.
Les prochains jours extrêmement cruciaux
De leur côté, Mes Rama Valayden et Neelkant Dulloo, dont les services ont été retenus par les proches de Navin Kistnah, ont écrit officiellement au DCP de l’ADSU et au Commissaire de police, Karl Mario Nobin, pour s’informer de ces développements. Ils ont tenu à fixer une première Legal Visit de leur client In Custody pour lundi à 13 heures au plus tôt. Ce délai comprend les 36 heures de détention In Communicado par l’ADSU, condition imposée par la Dangerous Drugs Act. Entre-temps, le frère du suspect, Arvin Kistnah, qui a déjà été entendu par l’ADSU et par l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) dans cette enquête, avait fait le déplacement au Sir Seewoosagir Ramgoolam International Airport en fin de journée pour essayer d’établir des contacts avec le suspect, mais en vain. Il se trouvait aux Casernes centrales dans la soirée d’hier pour essayer de convaincre les responsables de l’ADSU de lui permettre d’avoir de ses nouvelles.
Les prochains jours s’avèrent être extrêmement cruciaux dans cette enquête portant sur les plus importantes saisies d’héroïne en un si court laps de temps le mois dernier. Il sera confronté aux premiers éléments d’enquête sur les 135 kilos de drogue du 9 mars et les deux autres saisies du 24 et 25 mars, de même que les neuf Consignments de compresseurs débarqués par ses soins depuis le 7 avril 2016 et dirigés vers son domicile de Petite-Rivière. Un dernier élément est venu se greffer sur le dossier à charge après la découverte, vendredi à Montagne Jacquot, Pointe-aux-Sables, de 39 compresseurs de couleur orange déjà découpés et vidés de leur contenu.
Navin Kisthnah devra s’attendre à être confronté à Geanchand Dewdanee et Sibi Thomas, de Brillant Consulting Resources Ltd, qui contestent les informations fournies sur la documentation douanière pour le débarquement au début de mars avec cinq Wooden Crates contenant les premiers compresseurs. L’ICACet la Commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge de la Cour suprême, se positionnent pour interroger ce suspect…