Comme chaque année, le fan-club de Sir Anerood Jugnauth a organisé un dîner de fin d’année en l’honneur du ministre mentor. L’occasion pour SAJ de faire le bilan du gouvernement et d’évoquer — tout en critiquant avec virulence l’ex- Premier ministre Navin Ramgoolam – sa retraite à la fin de ce mandat.

Mandat qui tirera à sa fin en 2019, affirme-t-il, le gouvernement, « qui a remis le pays sur les rails une fois de plus », ayant plusieurs projets en chantiers et qui compte les mener à leur terme. C’est pourquoi il demande à ses partisans de rester solidaires du gouvernement et de Pravind Jugnauth.

Ce que le gouvernement MSM/ML a réalisé en trois ans, aucun gouvernement ne l’a fait, a soutenu le ministre mentor, affirmant avoir tenu les engagements pris en 2014. Dressant la liste des réalisations du gouvernement, il demande à la population de ne pas s’attarder aux propagandes de l’opposition et de certaines presses, braqués contre le gouvernement.

Il devait ainsi vivement critiquer le leader du PTr ainsi que Xavier Duval pour avoir légué « une situation pourrie » à la population et déplorer que malgré les travers de Navin Ramgoolam, et surtout en dépit des réalisations du MSM depuis 1982, la population a choisi en 1995 d’élire Navin Ramgoolam.

S’il a sorti le pays de difficultés et l’a mené sur la voie du progrès, le peuple n’a pas eu de reconnaissance envers lui, dit SAJ. Toutefois, en 2014, cette confiance est revenue. Et le gouvernement MSM/ML compte bien ter- miner son mandat pour que le pays progresse et que la population puisse s’épanouir indistinctement.

Dans le sillage, SAJ avance que malgré les critiques et les propagandes et même des lettres de menaces de mort qu’il reçoit depuis l’instauration de la Commission d’enquête sur la drogue, il n’y aura pas d’élections anticipées, le gouvernement ayant une mission à accomplir pour le pays jusqu’à la fin de son mandat.

SAJ a fait ressortir que sa santé ne lui permet pas de porter la lourde charge de Premier ministre, d’où la passation de pouvoir, « selon la Constitution », à Pravind Jugnauth. Et il annonce que c’est son dernier mandat. « Je ne viendrai plus vous demander de vote », a-t-il déclaré , ajoutant que « c’est la dernière fois que je viens sauver le pays ».