Le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, a été très clair dans ses propos hier soir à Beau-Plateau, Cottage. « Je suis revenu en politique pour nettoyer le pays. Le peuple m’a accordé sa confiance et, maintenant,  je nettoie. Personne ne me fera reculer en ce qu’il s’agit de nettoyage. Nous continuerons à nettoyer jusqu’à ce que nous soyons capables de bâtir un soubassement sur lequel nous pourrons reconstruire une nouvelle économie afin de pouvoir réaliser le deuxième miracle économique », a-t-il lancé à ses activistes de la circonscription No 7, réunis à l’occasion d’une fête de fin d’année.
Sir Anerood Jugnauth a déclaré : « Malgré le lourd héritage laissé par le PTr, malgré les institutions pourries, la situation de fraude et de corruption et une économie complètement en panne, nous n’avons pas perdu courage. Vous nous avez accordé le pouvoir pour redresser notre économie, nous prenons des mesures pour le faire. » Selon lui, ses adversaires le critiquent en alléguant qu’ils ne font rien pour le pays. « Paul Bérenger pe dir pei-la anba lao; Navin Ramgoolam pe dir gouvernman pe fini sa pei-la e sel dimounn ki kapav sov pei, se Ramgoolam. E ou la. Apre tou seki li finn fer, li pe vinn sov pei la… », a-t-il avancé sur un ton très fort. Et d’ajouter que l’Alliance Lepep « ne bluffe pas » sur le dos de la population. « Nous sommes tout à fait le contraire du PTr, qui se remplit les poches même si la population se trouve dans la misère noire », a-t-il affirmé. Il poursuit : « Il est malheureux que certaines personnes croient encore dans une telle propagande. »
Pour sa part, le leader du MSM, Pravind Jugnauth, a estimé que le gouvernement de l’Alliance Lepep est en train « de respecter ses engagements vis-à-vis de la population », citant entre autres le combat contre la fraude et la corruption. « Certaines institutions dilapidées, le SIC qui n’a plus d’argent pour investir, le MPCB et Air Mauritius qui sont à genoux, la MBC qui a des dettes de plus d’un milliard de roupies… Tel est l’état dans lequel le PTr a laissé le pays », a-t-il martelé.
Malgré ses critiques à l’égard du PTr, Pravind Jugnauth ne considère pas ce parti comme « un vrai adversaire » du gouvernement. « Zot fini plat sa e zot pe plat ankor », a-t-il lancé, avant de souligner : « Le vrai adversaire est cette mafia qui dirige certaines institutions du pays, des gens qui n’ont pas de couleur politique mais qui ont un agenda politique. Zot pe servi pouvwar ki zot ena pou met baton dan larou gouvernman. »
De son côté, le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, également député de la circonscription No 7 avec sir Anerood Jugnauth, s’est demandé ce qui serait arrivé au pays « si Navin Ramgoolam et Paul Bérenger étaient au pouvoir aujourd’hui ». Et de reprendre : « BAI ti pou kontinye kokin kas dimounn, ti pou la fin di mond pou nou. » Et de conclure que le Premier ministre et lui ont pris l’engagement de « verser notre transpiration et notre sang s’il le faut pour sauver le pays ».