Patrice Bart-Williams, connu simplement comme Patrice, était l’une des têtes d’affiche du Sakifo 2017. Son sweggae, contraction de swag et de reggae, a fait danser le nombreux public venu le voir évoluer. Scope l’a rencontré quelques heures avant son passage sur scène.
Certainement l’une des stars les plus accessibles au Sakifo, Patrice nous a agréablement surpris par son humilité et sa simplicité. C’est en tenue décontractée qu’il se présente à nous près de la plage; il arborera le même style de vêtements plus tard sur scène. À l’aise en français comme an anglais, il se laisse facilement approcher et partage aisément ses états d’âme, son vécu et sa musique. “J’aime bien être ici. Je reste cinq jours pour profiter un peu.”
L’Allemand d’origine sierra-léonaise a un son particulier, une base de reggae mélangée à d’autres genres qui a su plaire au grand public. Les “Patrice !, Patrice !, Patrice !” que l’on a pu entendre avant son passage sur scène en témoignent. “Le sweggae, c’est comme une invasion du reggae métissée avec des éléments européens. C’est très modernisé. C’est un mélange de reggae et de swag, c’est un style.” À la question de savoir si c’était une façon de se démarquer, il répond : “Non, ça, c’est déjà fait”, avant d’être pris d’un fou rire.