SAMAD GUNNY, démissionnaire du MSM et conseiller municipal : « Une décision que j’assume pleinement malgré les pressions »

Après la démission de Roshi Bhadain de toutes les instances du MSM et de l’Alliance Lepep, le conseiller municipal de Quatre-Bornes Samad Gunny a décidé de le suivre et de quitter le MSM. Il annonce qu’il sera un conseiller indépendant et explique les raisons derrière cette décision.

Élu dans l’arrondissement N° 1 à Quatre-Bornes, sous la bannière de l’Alliance Lepep, lors des élections municipales de 2015, vous avez soumis hier votre démission de toutes les instances du MSM. Pourquoi ?
Effectivement j’ai démissionné hier de toutes les instances du MSM. Pourquoi ? J’ai démissionné dans le sillage de la démission de Roshi Bhadain du gouvernement et du MSM. Je considère l’ex-ministre de la Bonne gouvernance et des Services financiers comme mon mentor. J’estime qu’il a dû mûrement réfléchir, après consultations, avant de prendre cette courageuse décision de claquer la porte du MSM. Il a agi sur la base de ses principes, ce que je trouve correct.
Ce n’est pas une décision personnelle que j’ai prise, mais une décision d’abord collective. Il y avait en fait trois conseillers municipaux, moi compris, qui avaient décidé mardi matin de quitter le MSM. Les deux autres, Premila Geerjanan et Nagen Mootoosamy, avaient déjà envoyé leur lettre de démission au bureau du Sun Trust, comme moi. Mais ces deux-là ont subi des pressions si énormes qu’ils se sont rétractés par la suite. Pas moi.

De quelle pression parlez-vous ?
C’est à eux de venir dire ce qui s’est passé. Je ne peux répondre à leur place. Mais j’ai moi aussi, dans la journée d’hier, subi des pressions venant de la plus haute hiérarchie du parti pour me rétracter. Toutefois, je tiens bon et suis disposé à assumer les conséquences de ma décision.

Quel genre de pression avez-vous subi ?
Si demain vous entendez dire que je suis sans emploi, vous saurez de quoi je parle. Mais remarquez que ma démission est une décision que j’assume pleinement malgré les pressions. Roshi Bhadain n’a rien à faire dans cela.

Vous démissionnez de toutes les instances du MSM et pourtant vous aviez été élu sous la bannière du MSM au sein de l’Alliance Lepep. Pourquoi ne démissionnez-vous pas de votre poste de conseiller municipal ?
Il ne faut pas oublier que quand je me présente comme candidat, même sous la bannière d’un parti, c’est d’abord parce que j’ai une assise solide dans l’arrondissement N° 1. Tout le monde me connaît. Les habitants de Belle-Rose ont voté pour moi parce qu’ils me connaissent et parce qu’ils ont confiance en moi. Ils n’ont pas considéré l’emblème du soleil. Ils connaissent la personne avant de considérer le parti.
Les électeurs m’ont choisi comme leur conseiller parce qu’ils savent qui je suis et qu’ils me font confiance. Je ne peux trahir cette confiance. Je suis leur porte-parole au conseil et je le resterai. Je me battrai pour ceux qui ont mis leur croix à côté de mon nom.

On avance que quand un conseiller quitte le parti, le conseil peut faire adopter une motion de révocation contre lui…
Qu’on vienne me citer l’article de la Local Government Act qui dit cela. Qu’est-ce qui dit qu’un conseiller qui a démissionné de son parti ne peut servir comme un conseiller indépendant ? C’est la fonction que j’occuperai à partir de maintenant au conseil.

En tant que conseiller indépendant, quelles vont être votre ligne de conduite et vos priorités ?
Je suis le porte-parole de mes mandants au conseil. Je continuerai à l’être. Ma priorité c’est de toujours œuvrer dans l’intérêt de mes mandants et des habitants de Quatre-Bornes en général.

Allez-vous assister au conseil municipal de demain ?
Oui. Les collègues conseillers et le maire sont toujours mes amis et nous avons juré de servir les habitants de Quatre-Bornes.