SANTÉ - JOURNÉE MONDIALE : Le point sur le diabète

Une personne meurt chaque seconde du diabète dans le monde, selon les statistiques de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Selon son dernier rapport datant de 2016, il semblerait qu’au cours des dernières décennies, une hausse constante de la maladie a été enregistrée. Quelque 422 millions de personnes vivaient en 2014 avec le diabète, comparé à 108 millions dans les années 80. En ce qui concerne Maurice, bien que le Non Communicable Diseases Survey 2015 (NCD) montre une certaine stabilisation depuis la dernière enquête de 2009, en termes de prévalence, le pays se classe toujours en première position dans la région Afrique et troisième mondialement. Dans le cadre de la Journée mondiale du diabète observée le 14 novembre, Scope fait le point.

Maurice première en Afrique
L’Atlas du diabète de la Fédération Internationale du Diabete (FID) 2015 classe Maurice en termes de prévalence du diabète comme la plus élevée d’Afrique et le troisième plus élevée au monde.

Septième cause de décès
Selon les prévisions de l’OMS, en 2030, le diabète sera la septième cause de décès dans le monde. La FID estime le nombre de personnes atteintes de diabète de Type 2 dans le groupe d’âge des 20-79 ans à 415 millions. “Le diabète est actuellement reconnu comme une pandémie, affectant les pays à revenu élevé, à revenu intermédiaire et à faible revenu”, a souligné le Dr Anwar Husnoo, ministre de la Santé et de la Qualité de la vie, dans un discours à l’occasion de l’International Conference on Diabetes and Associated Diseases à l’hôtel Intercontinental Resort à Balaclava en juillet dernier.

257 442 Mauriciens
D’après une enquête nationale entreprise par le ministère de la Santé et de la Qualité de la vie, 257 442 personnes âgées entre 25 et 74 ans vivraient avec le diabète sur le territoire mauricien. Ce même rapport indique que la prévalence du diabète est passée de 14,3 % en 1987 à 22,8 % en 2015.

193 millions
La FID indique que 193 millions de personnes ne sont toujours pas diagnostiquées et progressent toutes vers des complications potentielles du diabète si aucune tentative de détection rapide n’est entreprise.

14 novembre
Organisée par la FID et soutenue par l’OMS depuis 1991, la Journée mondiale du diabète est observée symboliquement le 14 novembre de chaque année pour rendre hommage à Frederick Banting qui a développé avec Charles Best la théorie à l’origine de la découverte de l’insuline en 1922.

199 millions
C’est le nombre de femmes touchées par le diabète à travers le monde. Ce chiffre est à l’origine du thème retenu cette année pour célébrer cette journée mondiale : les femmes et le diabète. “199 millions de femmes sont atteintes de diabète dans le monde, soit une sur dix. C’est aussi la neuvième cause de décès des femmes dans le monde”, fait ressortir Bhavna Tohooloo-Jhummon, diabétologue de l’hôpital Jeetoo.

Comprendre le diabète
Maladie chronique occasionnée par un défaut d’insuline dans l’organisme, le diabète ne se guérit pas mais a besoin d’être contrôlé. Il se présente sous deux formes, Type 1 et Type 2.
Type 2 : C’est un type de diabète non insulinodépendant où le corps peine à utiliser l’insuline à sa juste mesure. Le corps n’est pas en mesure d’utiliser convenablement le sucre comme source d’énergie. C’est le diabète le plus commun et qui affecte la grande majorité des patients, selon la spécialiste dans la prise en charge du diabète. “Les facteurs âge, obésité, vie sédentaire, hérédité ou encore la cigarette en sont les causes principales”.
Type 1 : Aussi appelé insulinodépendant ou juvénile, “il se caractérise par une production insuffisante d’insuline et nécessite une administration quotidienne de cette dernière”, souligne le Dr Pravesh Gunesh, médecin généraliste chez T1 Diams depuis dix ans. “L’injection d’insuline est un traitement à vie car le pancréas peine considérablement à en fabriquer. De cause inconnue, le nombre de patients diagnostiqués et enregistré auprès de cet organisme depuis le début de ses activités en 2006 est 274. Sur ce nombre, 145 sont des filles et 129 des garçons”. Lors d’un colloque en collaboration avec le ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie et le CHU de Saint Pierre, La Réunion, “nous avons constaté que Maurice compterait au moins 500 personnes vivant avec un diabète Type 1”.
Sur 274, tableau montrant la fluctuation par année des patients diagnostiqués par T1 Diams avec un diabète de Type 1 depuis 2006.

Les femmes et le diabète
C’est le thème attribué à la Journée mondiale du diabète cette année. La diabétologue Bhavna Tohooloo-Jhummon explique que “deux femmes sur cinq touchées par le diabète se retrouvent dans la tranche d’âge de reproduction et cela a un impact direct sur elles et le fœtus”. Deux profils sont observés. “La première est déjà diabétique et tombe enceinte par la suite. Le second fait face lors de sa grossesse au diabète gestationnel”. C’est la raison pour laquelle la FID appuie sa campagne sur la nécessité pour la femme d’un accès impartial aux soins, traitements et autres préventions pour celles souffrant d’un diabète Type 1 ou 2 ou qui sont simplement à risques. C’est un fait que le diabète complique la conception et augmente considérablement le risque de mortalité et de morbidité de la mère et de l’enfant. Le diabète gestationnel influe sur une naissance sur sept. “Il peut être dépisté entre 24 et 28 semaines de grossesse, primordial pour éviter des complications”. La diabétologue conseille de surcroît un meilleur contrôle avant la conception pour éviter d’éventuelles pertes et anomalies.
Le rapport du NCD Survey 2015 démontre que la prévalence du prédiabète (condition dans laquelle le niveau de glucose dans le sang est plus élevé que la normale, mais pas assez élevé pour être classé comme diabète) est de 19,5 %. Elle est 20,2 % pour les femmes et 18,5 % pour les hommes dans la tranche d’âge de 18 à 74 ans.
Prévalence du diabète selon le sexe et l’âge par le Mauritius NCD Survey 2015.

Mesures prises
L’enquête nationale de 2015 démontre quelques tendances positives à Maurice. La prévalence du diabète chez les adultes de 25 à 74 ans en 2015 était de 22,8 % comparé à 23,6 % en 2009. Selon la diabétologue, “nous avons atteint ce plateau suite aux mesures prises par le gouvernement sur le plan national”.