Ce dimanche 10 septembre marquera la Journée mondiale des premiers secours. L’occasion pour Rajen Ramkalawon et Pierrot Armance, respectivement Administrative Manager et secouriste au St John Ambulance Mauritius, d’expliquer l’importance des premiers gestes qui permettent de sauver des vies et prévenir des traumatismes. Ils incitent le public à entreprendre une formation en secourisme, non seulement pour se pourvoir en connaissance et techniques requises afin d’intervenir efficacement, mais aussi pour acquérir la confiance en soi, indispensable pour agir en cas de besoin.
Apprendre à sauver une personne qui s’étouffe, prodiguer un massage cardiaque : autant de réflexes qui peuvent sauver des vies avant l’arrivée des secours. Des gestes qui peuvent faire la différence entre la vie et la mort, à condition qu’il se trouve quelqu’un pour agir sans délai et avec compétence. “Chaque jour, des anonymes administrent les premiers secours, accomplissant ainsi la première étape de la chaîne de survie au profit des victimes. Nul besoin d’être un professionnel de la santé pour sauver des vies”, affirme Rajen Ramkalawon, Administrative Manager au St John Ambulance Mauritius.
Secouriste depuis vingt ans, Pierrot Armance souligne qu’il est indispensable de se former. Sans formation, il est impossible de donner son aide correctement. Il souhaite que “cette démarche de suivre un cours de secouriste devienne automatique chez chaque individu. La plupart d’entre nous ont été confrontés – ou le seront un jour ou l’autre – à une situation nécessitant une intervention de premiers secours. L’aptitude à sauver des vies repose sur des connaissances qui peuvent être apprises par n’importe qui”.