Le ministre de la Santé et de la qualité de la vie, Anil Gayan, a procédé, vendredi matin, à l’inauguration d’un nouveau complexe opératoire à l’hôpital Victoria, à Candos. La cérémonie s’est déroulée en présence du chargé d’affaires de l’ambassade de Chine à Maurice, M. Chen Zhihong, du vice-Premier ministre, Xavier-Luc Duval, du ministre de la Santé du Lesotho et de nombreux autres invités, dont des délégués des services de santé de pays d’Afrique de l’Est en tournée d’information chez nous.
Réalisé grâce à un prêt de la République Populaire de Chine avoisinant les Rs 600 millions (selon Anil Gayan), le nouveau complexe hospitalier, faut-il le préciser, avait été conçu sous l’ancien gouvernement et les travaux avaient débuté en décembre 2012. « Le projet a mis du temps à se concrétiser, mais en constatant ce qui a été fait, il faut reconnaître que cela valait bien la peine d’attendre », a observé le ministre.
La nouvelle infrastructure comprend six salles d’opération dotées d’équipements sophistiqués, deux salles de séjour pour les hommes et deux pour les femmes, soit 120 lits additionnels, une unité de soins intensifs de 8 lits, 2 salles de convalescence de 14 lits et 2 salles de soins préanesthésie d’une capacité de 6 lits. Deux des salles d’opération seront réservées à la chirurgie cardiaque afin de diminuer la pression sur l’unique centre de traitement de ce type que compte le pays au sein de l’hôpital Sir Seewoosagur Ramgoolam de Pamplemousse. La pression sur le service de santé publique étant devenue trop forte en raison du nombre grandissant de diabétiques nécessitant une chirurgie cardiaque d’urgence, l’entrée en service du nouveau bloc de Candos vient à point nommé.       
Le ministre de la Santé affirme que le nouveau bloc opératoire « n’est que le début d’un vaste chantier parce qu’à plus long terme, c’est tout le vieux centre hospitalier de Candos qui sera rasé pour faire de la place à du neuf. » Tout sauf, peut-être, un seul des bâtiments qui devrait être conservé en guise de vestige du passé. C’est du moins ce pour quoi les défenseurs du patrimoine espèrent n’avoir pas à se battre!  
L’hôpital Victoria, entré en fonction en 1956, est effectivement un ensemble de vieilles bâtisses coloniales britanniques qui occupent beaucoup d’espace et des facilités plus modernes s’imposent, à l’instar de parkings qui manquent terriblement. Valeur du jour, cet hôpital régional est l’un des plus encombrés du pays. Avec ses 824 lits, il dessert une population de 400,000 personnes (Quatre-Bornes, Vacoas-Phoenix et leurs régions périphériques). L’année dernière, 1,780,000 patients y ont été traités dont 45,070 avaient été admis.
Le ministre de la Santé salue « l’assistance généreuse et le soutien de la Chine pour la réalisation du projet. » Selon Anil Gayan, « l’inauguration a lieu le jour même où s’ouvre le Forum du Sommet Chine-Afrique, en Afrique du Sud. C’est là un autre témoignage du partenariat entre la Chine et tous les pays africains. Il faut remercier ce pays pour tout ce qu’il a fait pour la promotion de la santé sur le continent. »
« Coopération pragmatique sino-mauricienne »
Très sobre dans son discours, le chargé d’affaires de l’ambassade de Chine a, de son côté, salué les ingénieurs et ouvriers des sociétés chinoises, IPPR et Nanjing Dadi, qui ont fait  des efforts considérables pour la conception et la construction du complexe opératoire. Pour M. Chen Zhihong, « la coopération médicale est une composante d’importance majeure dans la coopération pragmatique sino-mauricienne et a produit beaucoup de fruits ces dernières années. » Le nouveau bloc opératoire de Candos a, selon le chargé d’affaires, coûté au total environ Rs 560 millions et est équipé d’installations très avancées, dont le soin intensif, la climatisation centralisée, le chauffe-eau solaire et des caméras de surveillance. La partie chinoise a également offert deux ambulances hautement équipées. Ce qui, selon M. Chen Zhuhong, « devra jouer un rôle actif dans l’amélioration des infrastructures sanitaires de Maurice et de son peuple. »
Le VPM Xavier-Luc Duval, dont la contribution a été soulignée par son collègue ministre de la Santé, a fait remarquer qu’il a fait un suivi du projet depuis 2012 et il s’est réjoui de son aboutissement. Sur une note d’humour, XLD a souhaité « ne jamais me retrouver personnellement dans une situation où j’aurais besoin de me faire admettre à l’hôpital », mais a-t-il ajouté, « si toutefois cela arrive que je me sentais mal lors de ma tournée dans la circonscription, je saurais maintenant où me faire soigner. » Le VPM invite donc les résidents du catchment area de l’hôpital Victoria à profiter pleinement de ses services désormais améliorés.