Tous les ans à l’approche des fêtes de fin d’année, nous avons la même résolution : y aller mollo sur la nourriture, l’alcool et les chocolats pour sortir de la période des fêtes sans surcharge pondérale et ainsi nous éviter une crise de foie nécessitant un régime détox. Pas question de ressembler en janvier à la dinde servie au réveillon de Noël! Plutôt que de se restreindre le 24 au soir et au risque de se sentir frustré, mieux vaut s’y prendre en amont et opter pour une alimentation saine et équilibrée et faire un peu de sport dès le début de la semaine. Nous pouvons en effet anticiper les excès en agissant quelques jours avant les fêtes. Non, il n’est pas trop tard. Il nous reste quatre jours encore avant le réveillon. Et si on fait attention pour le réveillon de Noël et durant la semaine précédant la St-Sylvestre, on réussira certainement à passer la période des fêtes de fin d’année sans avoir pris trois kilos. Pas question de se priver non plus. Suivons plutôt ces quelques conseils ciblés pour adopter les bonnes stratégies formes et préparer notre organisme aux repas de fêtes…
À proscrire : le régime draconien préréveillon
Pour pouvoir profiter pleinement le soir du réveillon du trio foie-gras-dinde-bûche,vous avez décidé, en prévision, de suivre une diète drastique à base de bouillon de poule et de yaourts nature. C’est pourtant une très mauvaise idée, car en réduisant outrageusement nos apports caloriques avant les fêtes, on « affame » notre organisme, qui se met immédiatement en « système de survie » en dépensant moins d’énergie. Et dès que l’on se remettra à s’alimenter normalement, ou pire, à absorber des aliments très caloriques, l’organisme stockera davantage en prévision de nouvelles périodes de restriction. Résultat : trois kilos sur les hanches pour ces jours de dur labeur parfaitement improductives.
Reprendre une activité physique
Pas question de se lancer, juste avant les fêtes, dans un programme sportif intensif. Il est préférable plutôt de pratiquer une activité régulière. D’abord, parce que l’activité physique aide à lutter contre le stress et évite une surconsommation émotionnelle de nourriture. Ensuite, parce qu’elle fournit de l’énergie à l’organisme. A privilégier : les sports en aérobic (destinés à améliorer l’endurance, efforts d’intensité modérée sur la durée) : course à pied, cyclisme… Si vous êtes lève-tôt, le mieux est encore de faire votre séance de sport avant le petit-déj. Pratiquer une activité sportive avant les fêtes permet non seulement de limiter la prise de poids, mais aussi de se raffermir et de se sentir mieux dans son corps.
Privilégier certains aliments
Sans se mettre au régime, on tâchera de limiter, durant cette semaine, les aliments riches en graisses (fritures, charcuterie, viennoiseries…), en faisant la part belle aux féculents (au moins à l’un des deux repas) qui entraînent une bonne satiété jusqu’au repas suivant. A plébisciter : les laitages, sources de calcium et de tryptophane. Cet acide aminé active la sérotonine, une hormone qui régule le cycle veille-sommeil, le comportement alimentaire, l’anxiété. A volonté : les légumes crus ou cuits de saison qui apportent vitamines et minéraux. Pour le dîner, il est conseillé de privilégier les tomates et les légumes verts… Pour renforcer encore son action rassasiante, on peut ajouter des protéines (un oeuf, du tofu…) à notre soupe. En revanche, on lève le pied sur les chocolats, la charcuterie et le fromage pour limiter notre apport en sucres et en graisses.
Le soir du réveillon, on ne boude pas son plaisir
En plus d’être hautement illusoire, projeter de ne rien manger de calorique le soir du réveillon serait vraiment frustrant! Alors on se fait plaisir tout en essayant de limiter les dégâts. Plutôt que de se jeter sur les petits fours à l’apéro, on leur préfère les bâtonnets de crudités accompagnés d’une petite sauce. Les crustacés (homard, langouste), les huîtres et les coquillages ont une alternative healthy et festive au foie gras, puisqu’ils sont riches en protéines, en vitamines et en sels minéraux tout en contenant très peu de lipides. On les consomme avec du citron, du pain et (un peu) de beurre. Pour le dessert, on opte pour une bûche glacée, moins lourde et plus facile à digérer qu’une bûche pâtissière.
La semaine entre Noël et le Jour de l’An, on ne mollit pas
Souvent, la semaine entre le réveillon de Noël et celui de la St Sylvestre s’avère être hautement dangereuse pour notre ligne. Entre les restes du repas de Noël à terminer et la boîte de chocolat à inaugurer, difficile de garder ses bonnes résolutions. Pourtant, c’est là que les enjeux de notre silhouette en 2016 se jouent. Plutôt que de grignoter devant un film, on continue de pratiquer une activité sportive ou, à défaut, on privilégie les déplacements à pieds. On préfère aussi les escaliers à l’ascenseur, et on contracte les abdos en grimpant les marches. Ainsi, quand les autres se lamenteront dès le 2 janvier de se sentir boudinés dans leurs vêtements, vous aborderez la nouvelle année l’estomac léger et en pleine forme.