Malgré toutes les mises en garde lancées, les sectes continuent à faire des victimes. Les témoins que nous avons rencontrés expliquent comment ils ont été abusés en croyant trouver refuge et réconfort au nom de leur foi.
“J’ai tout laissé derrière moi, mon mari et mes enfants, pour suivre une personne que je connaissais à peine”, raconte une dame. Cette dernière, qui a tenu à conserver l’anonymat, confie qu’elle a été sous l’emprise d’un guru pendant deux ans. “J’ai rencontré ce monsieur lors d’une réception et il m’a vanté les mérites de son église et m’a expliqué à quel point les fidèles étaient heureux. Il m’a aussi dit qu’il pouvait régler les différends dans les couples grâce à la prière. Comme mon couple battait de l’aile, je me suis laissée embobiner. Je n’ai même pas trouvé cela bizarre lorsqu’il a insisté pour que je vienne le rencontrer seule.”
Abasourdie.
Dès sa rencontre chez le guru, tout bascule. En un rien de temps, elle n’arrive plus à se détacher du personnage. “Dès qu’il m’appelait, j’étais comme abasourdie. Il m’a même convaincu de quitter mon domicile pour venir vivre avec sa communauté.” Elle délaisse son mari et ses deux enfants pour aller habiter avec des fidèles de son église. “Nous étions six femmes, toutes admiratives des moindres faits et gestes du guru. Nous étions ses épouses. C’est difficile d’expliquer ce que je ressentais à ce moment-là. Il faisait de nous ce qu’il voulait. Cela a commencé par des câlins; très vite, on a commencé à avoir des relations sexuelles. J’ai d’abord refusé, mais il a su me convaincre. Il me disait que c’est la volonté de dieu, que dieu est amour, que c’est la seule façon d’être proche de dieu… Je me suis laissé faire pendant de longs mois jusqu’à ce que mon mari me ramène à la raison. Il m’a secouée et m’a rappelé mes responsabilités de mère et d’épouse. Sans lui, je serais sûrement toujours aux crochets de ce charlatan.”
Dons.
D’autres subissent des pressions différentes. C’est le cas de Ritesh, qui donnait plus de la moitié de son salaire au chef de son église. “J’avais des problèmes de coeur et j’en étais presque arrivé à me donner la mort. Un ami m’a conseillé de me mettre à la prière. Pensant que je n’avais rien à perdre, je suis allé assister à une session. Je me suis senti mieux tout de suite. Les paroles du pasteur étaient apaisantes et, très vite, j’ai commencé à ne plus penser à ma rupture. Je me sentais tellement bien que je n’ai pas hésité de faire des dons importants dès qu’on me le demandait. À un moment, je donnais jusqu’à la moitié de mon salaire. Aujourd’hui, je me rends compte que l’on a profité de ma faiblesse.”
Selon le psychologue Vijay Ramanjooloo, les leaders de ces mouvements usent de leur statut pour modeler la personnalité des adeptes. Il souligne que le guru sait qu’il fascine ses fidèles et en profite pour asseoir son emprise sur eux. “Dans tous les phénomènes de groupe, il y a un leader. Quand on parle d’une secte, le leader représente généralement un idéal pour les autres membres du groupe. Beaucoup seront fascinés par sa voix, son apparence physique, ses idéologies ou sa posture. Ils seront complètement envahis par cela.”
Hypnose.
Le spécialiste parle même d’hypnose. “Le guru se sert de techniques psychologiques pour manipuler ses fidèles. Ils sont presque hypnotisés; ils ne sont plus eux-mêmes. Quand vous êtes hypnotisés, vous perdez un peu de votre subjectivité. En temps normal, si une personne demande à une autre de se jeter sous les roues d’un véhicule, cette dernière a la faculté de réfléchir et de refuser, sachant qu’elle peut en mourir. Mais lorsque vous êtes hypnotisé, vous vous laissez diriger par l’autre. Dès que quelqu’un vous maîtrise, il fait ce qu’il veut avec vous.” Vijay Ramanjooloo souligne que c’est ainsi que les gurus parviennent à convaincre des femmes de son groupe à se donner à lui.
Ceux qui ont eu la chance de sortir de l’emprise des gurus savent qu’il est difficile de se relever. Certaines personnes en gardent des séquelles toute leur vie. “Quand vous arrivez à sortir de l’emprise du guru, vous pouvez être traumatisé. Vous perdez tous vos repères. Un traumatisme est quelque chose qui nous prend de court. C’est un événement qui cause des dégâts psychologiques particuliers. Tu perds confiance en l’autre. Il est essentiel pour la victime de trouver une prise en charge psychologique. Il lui faut mettre des mots sur ce qu’elle a vécu”, analyse Vijay Ramanjooloo.