La situation est des plus alarmantes dans le secteur des ventes de véhicules neufs qui connaît une régression des ventes sans précédent depuis avril de cette année, soit en moyenne -13,2%. Cette tendance s’est accentuée de façon spectaculaire au mois de novembre dernier au point d’inquiéter au plus haut point les professionnels du secteur. En effet, les ventes de véhicules neufs ont connu une chute drastique d’environ 38,5% pour l’avant-dernier mois de l’année, comparé à novembre 2014, soit seulement 495 véhicules neufs vendus contre 804 à la même période l’année dernière.
C’est principalement la vente des voitures de maître qui est au ralenti, avec 390 unités seulement vendues des 495 véhicules écoulés en novembre 2015, contre 595 des 804 en novembre 2014. Les autres types de véhicules sont aussi frappés par cette léthargie du marché à l’image des doubles cabs et pickups (-59%), les camions (-29 %). Il n’y a que les vans (+ 7,7 %) pour résister à cette impasse.
Du côté des marques de voitures affectées par ce brusque ralentissement en novembre, on note principalement Toyota (-43%), Kia (-55%), Hyundai (-28%), Ford ( 62,5%), Suzuki (35%). Si BMW et Nissan résistent, par contre, les trois marques héritées d’Iframac groupe BAI/Rawat continuent à manger leur pain noir avec Mitsubisihi (-69 %), Peugeot (-80%) et Mercedes (-74%).
Les concessionnaires du secteur du véhicule neuf, conscients qu’il n’y aura aucun sursaut du marché sur le court terme envisageraient de revoir la situation de leur personnel dès le début de l’année prochaine, emboîtant ainsi le pas à d’autres confrères qui ont déjà agi depuis octobre dernier.