Les détails de cette escroquerie en banque, dont a été victime un important conglomérat, brassant un chiffre d’affaires annuel portant sur des milliards, font tiquer plus d’un. Tout semblait indiquer que de par l’importance de ce groupe d’affaires, des mesures de contrôle sont en place pour faire obstacle à toute tentative de fraude au niveau des retraits et virements à la banque. Le bilan de cette Electronic Fraud est lourd, soit un préjudice de Rs 115 millions alors que la fraude aurait été conséquente si l’escroc était parvenu à conclure cette dernière transaction bancaire par voie électronique d’un montant de Rs 195 millions, soit 4 873 360 euros, la devise étrangère vedette dans la conjoncture.
Le directeur financier de ce groupe a déjà alerté les autorités compétentes, dont la banque commerciale concernée et le Central CID à des fins d’enquête. Tout commence avec un appel téléphonique reçu par le directeur financier d’un homme de loi, exerçant à Paris, répondant au nom de Me Lacourt. A peine la conversation téléphonique entamée, le directeur financier reçoit un e-mail soi-disant émanant du Chief Executive Officer lui donnant des instructions pour créditer la somme de 897 818 euros dans un Euro Account opéré par le groupe dans une banque commerciale.
Le bénéficiaire de ce virement bancaire devait être une entité au nom de Brizz International LP ayant un compte bancaire à la Ceska Sporitelna Bank de la République Tchèque. C’était en date du 4 mars et les instructions dans l’e-mail furent suivies à la lettre. Les procédures de contrôle ne remarquent rien d’anormal quant au caractère frauduleux des instructions.
La même opération se répétera le vendredi 11 mars, soit réception d’un message électronique venant du CEO, qui se trouvait en mission à l’étranger. Cette fois-ci, le montant est passé à 1 955 810 euros. Cette transaction bancaire est exécutée sans aucun problème avec la même société comme étant la bénéficiaire.
Toutefois, le pot aux roses devait être découvert le 15 mars quand une nouvelle demande par e-mail est reçue pour le transfert d’un montant de 4 873 360 euros sur le même compte. Ce ne fut qu’à ce moment-là que les responsables de ce conglomérat se sont rendu compte qu’ils sont victimes d’une vaste escroquerie, une somme de Rs 115 millions ayant déjà été perdue. Des instructions furent transmises à la banque pour annuler à temps le transfert de ces Rs 195 millions, avec de graves préjudices pour la trésorerie du groupe.
Au vu de la déposition consignée, des limiers du Central CID ont initié une enquête pour établir les circonstances de cette fraude bancaire et répartir les responsabilités dans cette affaire avec des millions d’euros toujours en jeu…