À octobre dernier, le secteur manufacturier a connu une performance plutôt stable par rapport à la période correspondante de l’année dernière avec des exportations globales de l’ordre de Rs 41,5 milliards contre Rs 41,2 milliards. À noter surtout une baisse dans les exportations de poissons (Rs 8,4 milliards à fin octobre 2015 contre Rs 9,7 milliards pour la même période en 2014).
Le ministre Gungah présente la résiliation du «contrat en béton» d’un montant de Rs 10 milliards signé en 2009 liant la State Trading Corporation (STC) et la compagnie Betamax pour l’acheminement de nos besoins pétroliers comme la principale réalisation 2015 de son ministère. Il explique que d’ici à juillet 2016, cette décision permettra au pays d’économiser Rs 350 millions. Le ministre indique que rien que de février à novembre 2015, ces économies se sont chiffrées à Rs 150 millions. En revanche, soutient-il, si le contrat de Betamax avait été maintenu, les pertes sur 15 ans auraient été de l’ordre de Rs 3 milliards.
Secteur prometteur
L’autre sujet de réjouissance du ministre : la baisse des prix des carburants vendus à la pompe. Il souligne que les prix ne reflétaient pas la tendance des cours sur le marché mondial. Après le travail réalisé par un comité de techniciens regroupant des officiels de son ministère, de la STC et des Finances, le mode de calcul dans le cadre du Petroleum Princing Mechanism a été revu. Ce qui, dit-il, a permis une baisse des prix «sans précédent» le 13 novembre. Ce qui, ajoute le ministre Gungah, a occasionné parallèlement une baisse du tarif de l’électricité pour les petits abonnés du Central Electricity Board et des dépenses des opérateurs économiques sur les carburants.
Par rapport au secteur manufacturier, Ashik Gungah concède que la performance en 2015. Si le montant des exportations dans la bijouterie, «secteur prometteur», est passé à Rs 4,7 milliards pour la période s’étendant de janvier à octobre 2015 contre Rs 4,1 milliards pour la période correspondante de 2014, le seafood, pour la même période, n’a exporté que pour Rs 8,4 milliards contre Rs 9,7 milliards en 2014.
De janvier à octobre 2015, le textile-habillement a, lui, exporté pour Rs 22,8 milliards (Rs 22 milliards en 2014). Cette filière, déclare le ministre Gungah, demeurera une priorité de son ministère. Il parle à cet égard de pourparlers qu’il a eus avec les responsables de grandes unités de production du secteur en vue de la signature éventuelle d’un protocole d’accord avec le Fashion and Design Institute visant à garantir l’emploi de jeunes designers aussitôt leur formation achevée.
Le ministre parle de même de la conception d’une National Export Strategy avec l’aide de l’International Trade Centre. Celle-ci, qui devrait être prête vers la mi-2016, donnera le ton en vue de la conquête de nouveaux marchés émergents de même que les nouveaux créneaux de production compétitifs.
Ashit Gungah annonce par ailleurs le démarrage durant la premier semestre 2016 de l’Offshore Bunkering, soit le ravitaillement en carburant de navires croisant dans les eux mauriciennes. Ce projet se fera à partir d’une Mother Vessel qui servira à alimenter des Daughter Vessels qui, à leur tour, iront alimenter les navires croisant au large. Sous ce chapitre, il souligne le potentiel économique que représente l’Offshore Bunkering en soulignant que quelque 30 000 navires transitent par la région. Or, explique-t-il, à ce jour, seulement quelque 3000 d’entre ceux-là viennent se ravitailler en carburant à Port-Louis.
Parmi les autres priorités pour 2016, il annonce la présentation d’un Nouveau Consumer Protection Bill. Interrogé par Week-End, le ministre a précisé que les récentes baisses annoncées des prix au kilo de boucs et de moutons sur pattes ne concernent pas la viande de bêtes abattues et dépecées à l’abattoir de la Mauritius Meat Authority et vendue au détail dans les points de vente, entre autres, dans les marchés.