Le ministère de l’Environnement, des Urgences en cas de Catastrophes naturelles et de la Beach Authority, les diverses agences du SSR International Airport, Airport of Mauritius Ltd, les Airport Rescue and Fire Fighting Services, l’aviation civile, les Government Fire Services, la police, la Special Mobile Force (SMF) et la municipalité de Curepipe seront, entre autres, engagés la semaine prochaine dans une importante simulation d’une catastrophe aérienne dans la région de Curepipe. La Ville Lumière se trouve dans le couloir aérien en approche de notre unique aéroport international.
Du maquillage, des machines produisant de la fumée, des pneus brûlés, des acteurs volontaires ainsi que la mobilisation d’environ 700 personnes du ministère de l’Environnement, des Urgences en cas de Catastrophes naturelles et de la Beach Authority, des agences du SSR International Airport, de l’Airports of Mauritius Ltd, de l’Airport Rescue and Fire Fighting Services, de l’aviation civile, des Government Fire Services, de la police, de la Special Mobile Force (SMF) et de la municipalité de Curepipe seront, entre autres, utilisés la semaine prochaine pour simuler un important crash aérien en approche pour  l’atterrissage dans la région de Curepipe, la Ville Lumière se trouvant dans le couloir aérien en approche de notre unique aéroport international.
« Cette “off-airport plane crash simulation” vise à évaluer les diverses procédures d’intervention en cas de catastrophe aérienne », a confié au Mauricien une source proche de ce dossier. Selon le scénario arrêté, un avion de ligne, dans le couloir aérien en approche du SSR International Airport, s’écrase dans les environ de la Ville Lumière. A bord se trouvent des passagers et les membres de l’équipage et, sur terre, des civils pris malgré eux dans cette catastrophe.
Après le déclenchement et la transmission de l’alerte par la tour de contrôle de l’aéroport de Plaisance, un exercice d’intervention de secours aux victimes, renforcés par les services appelés en renfort, aura lieu. Le centre opérationnel de crise et celui de commandement seront activés. Des dispositions spécifiques de crise seront également mises en application. Des volontaires, maquillés pour l’occasion, joueront, eux, le rôle des morts et des blessés. La performance des diverses unités d’intervention sera ensuite évaluée.
« Cette importante opération, qui a nécessité des mois de préparation, est conforme aux recommandations de l’Organisation de l’aviation civile internationale en vue d’optimiser la sécurité de tout un chacun », explique encore notre source. Selon notre interlocuteur, cet exercice vise, d’une part, à entraîner les acteurs et, d’autre part, à vérifier les procédures décrites dans les documents de planification. Environ 700 personnes seront impliquées, associés à des partenaires publics et privés.
« Le but de l’exercice est de tester l’organisation de la réponse de la sécurité civile et, plus particulièrement, de tester le dispositif spécifique de secours de l’aéroport, d’appliquer le dispositif général pour venir en aide aux victimes, de tester l’ensemble de la chaîne opérationnelle et de commandement, et d’éprouver les structures des postes de commandement : centre opérationnel de la police, poste de commandement opérationnel et poste de commandement des différents organismes ainsi que la répartition des rôles et des missions », explique notre source.