132 personnes tuées en 11 mois dans des accidents de la route

Les hauts responsables de la Traffic Branch ont eu une séance de travail durant la semaine pour dégager une stratégie en ce qui concerne la sécurité routière pour la période des fêtes. Contrairement aux années précédentes, la police débutera les opérations coup de poing à partir de ce 1er décembre au lieu d’attendre la dernière quinzaine du mois.

D’après les renseignements recueillis, à partir de ce soir, les éléments de la Traffic Branch, de l’Emergency Response Team et de la police régulière seront visibles sur les routes très fréquentées de l’île avec des contrôles routiers et des alcootests. Ils profiteront également de l’occasion pour sensibiliser les automobilistes. « Ce n’est pas une action répressive que la police va entamer en ce début du mois, mais ce sera plutôt une manière de sensibiliser les usagers de la route à être plus vigilants », a indiqué un policier de la Traffic Branch.

Dans un premier temps, ce sont des “hotspots” qui seront ciblés par la police : les littoraux nord et ouest, Valton, la route Verdun, Laventure, Triolet, Plaine-Magnien, Beaux-Songes et la route Sivananda. « Les responsables de chaque division sont au courant des endroits à risque et nous leur avons demandé de poster une équipe, surtout le soir », a expliqué l’officier. La police sera intransigeante concernant les délits dits « majeurs » comme la conduite en état d’ivresse ou sous l’effet de la drogue, l’utilisation du portable au volant et l’absence de vignette, entre autres. « À partir du 15 décembre, il y aura un gros déploiement de la police pour nous épauler. Les officiers travaillant dans les sections administratives seront sur le terrain. Nous pourrons alors fouiller plus de véhicules lors des barrages routiers et être dans plusieurs endroits à la fois », a souligné l’intéressé.

Concernant les derniers chiffres par rapport aux accidents de la route, les Casernes centrales ont noté une baisse des victimes après la promulgation de la Road Traffic Amendement Act. « La situation était alarmante avec le nombre de personnes tuées sur les routes. À un moment donné, nous avions même eu dix morts de plus par rapport à la même période en 2017. À partir d’août, nous avons noté une baisse », dira cette source de la Traffic Branch.

Ainsi, pour les 11 mois écoulés, 132 personnes ont perdu la vie, contre 146 l’année dernière. Idem pour les accidents fatals, qui étaient de 141 fin novembre 2017, contre 122 fin novembre 2018. Les motocyclistes restent les plus vulnérables, avec 51 morts, suivis des piétons (33 décès), conducteurs (16 décès), passagers (15 décès), passagers en croupe (12 décès), cyclistes (4 décès) et un aide chauffeur. Le nombre d’hommes tués dans les accidents est de 107, contre 25 femmes. Parmi eux, cinq étrangers ont péri. Les 26-50 ans restent le groupe le plus vulnérable avec 45 morts, suivi des 16-25 ans avec 40 décès. La police a enregistré 29 morts chez les plus de 60 ans et 13 tués dans la tranche d’âge de 51-60 ans. La police a noté aussi que la majorité des accidents fatals (36,8%) a lieu entre minuit et 6h du matin.