La pension a été payée en excédent, comme le révèle un rapport datant du 30 juin 2016. La somme requise était alors de Rs 88,6 M, mais Rs 91,9 M ont été déboursées le 30 juin 2017. Entre 2016 et 2017, d’autres cas de paiements excédentaires ont été notés sur le plan de pension. D’une somme de Rs 41,1 M, deux tranches de 17,6 M et Rs 16,4 M devaient être allouées respectivement aux bénéficiaires vivant à l’étranger et aux héritiers des défunts. Or, l’excédent de paiements dans les deux cas cités a continué à augmenter chaque année, soit de 25% pour les “departure cases” et de 41% pour les héritiers des défunts.

Le paragraphe 19.2 du rapport de l’Audit indique que, durant ces 18 mois, soit entre le 1er janvier 2015 et le 30 juin 2016, des amendements ont été apportés « to the Acts of two Public Bodies for the sharing of information », et ce depuis mai 2015. Toutefois, cette information n’a pas encore été relayée au ministère concerné malgré les amendements apportés à la législation. Les informations sur les voyages fournies par le Passport and Immigration Office (PIO), concernant les cas de départs, ont été relayées, mais en l’absence d’« electronic matching of data » émanant du PIO et du ministère. Retrouver des bénéficiaires s’est donc révélé un exercice difficile.

Selon les recoupements d’informations émanant du ministère de la Sécurité sociale, le PIO aurait dû disposer d’un serveur opérationnel à partir de mars 2017.Tout aurait dû être fait par voie électronique. Or, à novembre 2017, tout a été réalisé manuellement, compliquant le contrôle de paiement de pensions en excédent ayant trait aux départs.