Samedi dernier s’est tenue sur le terrain de football du CEB à Terre Rouge la deuxième édition de la grande messe du seggae. On a chanté, dansé et vibré fort aux sonorités du seggae. Un nombreux public a répondu présent à l’appel de Live & Direk et Vibe Entertainment.

Le public a vibré et dansé au rythme du seggae

Les organisateurs voulaient promouvoir l’héritage du seggae. On peut affirmer qu’ils ont atteint leur but. Les vétérans sont toujours là et nous l’ont prouvé avec un show plein d’énergie. Tian Corentin, Ras Natty Baby ou encore Reynald Collet ont assuré, livrant une prestation bien roots. Ce festival a aussi permis de découvrir le potentiel des jeunes, qui ont montré leur volonté de devenir des futurs ambassadeurs du seggae et de mener encore plus loin ce genre.

Après s’être régalé avec Zilwala, qui s’est révélé un jeune très prometteur, et d’accueillir Tian Corentin, la légende vivante du seggae, c’est un public enivré dans un parfum de bonnes vibrations qui attend les OSB Crew. Chauffés à bloc, les spectateurs s’en donnent à cœur joie et semblent connaître par cœur les paroles de la chanson Sexy Body Girl. Si Dagger Killa manque à l’appel, les trois autres frères d’armes assurent le show, tout en passant des messages puissants et révélateurs pour la continuité du seggae et contre les fléaux qui guettent nos jeunes. Un hymne de Tikenzo contre Simik, mais aussi un appel à travers Revey Twa pour que le combat continue. Une belle communion avec le public.
L’ombre du roi du seggae plane dans l’assistance lorsque Ras Daniel de Rasinn Rasta entame une série de reprises de ses chansons. Cet artiste et les autres performeurs ont rendu hommage à Kaya et aux autres pionniers du seggae comme Berger Agathe, Gérard Bacorilall, Clifford Carosin, Ras Ti Lang… Ceux qui ont contribué à la promotion et la propagation de seggae dans l’océan Indien.

Bel hommage à Kaya par le groupe Rasinn Rasta

Très attendu également, étant donné que c’était son premier live à Maurice : Reynald Collet de Racine Seggae, grand frère de Kaya. Même si quelques-uns de ses messages n’ont pas eu l’écho désiré dans l’assistance, on ne peut pas nier sa fougue sur scène et ses chansons aux paroles très profondes sur l’identité nationale et les fléaux de la société.
Le concert s’est poursuivi avec Ras Natty Baby, manifestement une des têtes d’affiche de l’événement. Égal à lui-même, l’ambassadeur du seggae, qui rentrait de La Réunion après avoir assuré la première partie du concert d’Alpha Blondy, a envoyé du lourd. Nuvel Vizion, L’Amour Spirituel et autres tubes ont séduit des fans conquis d’avance.

La soirée s’est poursuivie ziska matingra avec Natir Chamarel, Ras Nininn, Jerry and the Resistance et Prophecy.

Ce festival a prouvé, s’il le fallait, que seggae pou kontinie zwe…