Un service de mauvaise facture…

Monsieur le directeur général du CEB, je voudrais attirer votre attention sur un cas particulier.
Le 30 octobre de l’année dernière, on avait organisé une fête culturelle dans l’enceinte du Plaza pour commémorer le 281e anniversaire de l’arrivée tamoule à Maurice. On avait ainsi fait une requête pour une alimentation temporaire en électricité. Grande fut notre stupéfaction à la vue d’une note –
salée – totalisant Rs 2355 pour quelque trois heures de fourniture électrique. On ne le sait que trop bien : on doit débourser car on n’a pas d’invitation protocolaire pour des politiciens… Cela on l’avait bien fait comprendre au maire de cette ville et on a payé le prix fort pour avoir mis à l’écart les parlementaires. N’est-ce pas là un boycottage de la part d’un inspecteur municipal en vue de nous nuire mais qui demeure silencieux et impassible au vu des marchands ambulants qui envahissent l’enceinte du Théâtre du Plaza ?  ‘Kot zot lotorite ?’
D’ordinaire la facture tourne autour de Rs 1100. Le hic dans toute cette histoire, « pena konter ». Dites-moi, comment avez-vous pu jauger le nombre d’unités utilisées durant cette célébration ?  Pour votre information, on ne disposait même pas d’un disjoncteur différentiel comme exigé par le CEB d’après les dispositions légales en vigueur pour éviter toute décharge électrique qui risque de mettre en danger les gens venant assister à la fête. Doit-on déduire qu’il s’agit là de quelques représailles pour nous aligner sur un système inique ?

1er février 2017