Sevré de victoire depuis le 26 octobre 2014, Tornado Man a retrouvé la winner’s enclosure suite à sa première association avec Vijay Anand Bundhoo, qui lui aussi n’avait pas goûté au succès depuis sa victoire sur Carson City le 15 septembre 2012.
Le cavalier mauricien, attaché à l’entraîneur Rameshwar Gujadhur cette saison, est devenu un hard track rider depuis quelques saisons et fut même honoré lors de la soirée des Equidors en 2014 en tant que Top Track Rider. Mais, malgré les quelques montes qu’il avait pu dénicher, il n’arrivait pas à beat the jinx. Il a fallu donc attendre plus de quatre ans pour qu’il retrouve le sourire samedi dernier.
«Cela fait très plaisir de renouer avec le succès, surtout qu’avant chaque réunion, ma femme et mes enfants me demandent quand est-ce que je vais gagner. Voilà, c’est fait maintenant, et cela, dès la première journée 2016», devait dire un Bundhoo ravi de cette première.
«De nos jours, ce n’est pas facile non seulement d’avoir des montes, mais surtout d’avoir de bonnes montes. Certes, il y a moins de jockeys étrangers, mais il y bien plus de Mauriciens. Donc, il faut continuer à travailler dur pour avoir la confiance des entraîneurs. Tornado Man n’est pas un champion, mais je l’ai entraîné en plusieurs occasions. Je le connais bien et c’est pour cela que j’ai pu l’emmener à bon port».
 Le «Golden Boy» – comme il était surnommé auparavant – pensait bien avoir un nombre significatif de montes pour cette journée inaugurale, car le jockey titulaire Donavan Mansour n’avait pas obtenu le feu vert du MTC pour exercer ses talents. Mais, il devait se contenter de la première course comptant pour The Quantum Mauritian Jockeys’ Series. Cette compétition, réservée aux jockeys mauriciens s’échelonnera sur 14 ou 15 journées et un pointage a été établi pour les quatre premiers à l’arrivée. Il faut aussi savoir que des points seront déduits si un jockey est trouvé coupable d’une faute en course.
Pour revenir à cette première explication 2016, l’entraîneur Rameshwar Gujadhur avait mis tous les atouts de son côté en engageant deux partants, Tornado Man et Alberts Day. Et il a eu raison, car ses deux représentants prirent les deux premières places.
Si Tornado Man excellait dans la course à l’avant comme lors de sa dernière victoire, samedi il ne put la faire.
«Les instructions étaient de partir à l’avant, mais le favori Tiger Master s’est montré le plus rapide. Je n’ai pas paniqué et j’ai alors servi mon intelligence et j’ai lassé partir le favori pour suivre dans son sillage. À 300 mètres du but, j’ai sollicité mon coursier qui a répondu merveilleusement avant qu’il ne résiste à son compagnon d’écurie. La joie de la victoire fut de courte durée quand j’ai entendu la sirène retentir. Mais, je savais que mon cheval n’avait pas gêné ses adversaires, cependant il y avait quand même un doute. Heureusement que le résultat est resté en ma faveur».
Et comment s’annonce la saison 2016? «L’année dernière, j’étais passé tout près de la victoire avec La Foce et cette année cela commence sur des chapeaux de roue. Je prends la tête au Mauritian Jockeys’ Series et j’espère que cela va se confirmer. On a un bon effectif et si l’entraîneur me fait encore davantage confiance, je peux tirer mon épingle du jeu. On peut toujours compter sur moi pour que je donne mon maximum», a-t-il conclu.