SHAAN AU SVICC : Main Hoon Shaan !

Pour ses trente ans, l’agence Immedia a une nouvelle fois fait appel à l’un des chanteurs indiens les plus populaires à Maurice, le sympathique et talentueux Shaan. Après les concerts réussis de Patrick Bruel et de Damian Marley, l’interprète de Jab Se Tere Naina et Chand Sifarish a proposé un show dynamique, entraînant et généreux.
C’était l’un des rendez-vous à ne pas manquer de ce mois de septembre : Shaan, grand amoureux de Maurice, chanteur reconnu et très populaire, revenait pour un nouveau tour de chant, cinq ans après son dernier concert. S’il est aujourd’hui moins demandé à Bollywood, le chanteur compte toujours un fan-club fervent dans notre île. Il a prouvé qu’il reste un formidable artiste de scène, toujours très proche de ses fans.
Main Hoon Don : c’est avec ce titre, l’un des plus connus de son répertoire, que Shaan débute son show. Le public lui répond par des applaudissements nourris. Ce qui fait la force de Shaan, c’est son incontestable énergie. Il captive son public en offrant une relecture de ses titres les plus connus : Char Kadam, I Love You (du film Bodyguard), Tere Naina, Jab Se Tere Naina, Dil Ne Tum Ko Chun Liya Hai. Le chanteur n’a pas manqué de rendre un vibrant hommage à l’agence Immedia et à son directeur Rama Poonoosamy pour l’avoir soutenu durant toutes ces années. “Mauritius, I love you”, a-t-il dit à plusieurs reprises.
 
Hommage et reprises.
C’est la jeune chanteuse Arpita Mukherjee, lauréate du concours Sa Re Ga Ma Pa: Golden Voice Hunt de Zee TV, et dotée d’une très belle voix, qui a eu l’honneur d’ouvrir le spectacle avec le titre Yeh Moh Moh Ke Dhaage du film Dum Laga Ke Haisha. En duo avec Shaan sur les titres comme Hey Shona, Do You Know ou Woh Ladki Hai Kahan, elle a fait preuve d’une belle assurance !
L’un des moments forts du concert a été l’hommage rendu par Shaan à ses chanteurs préférés, avec des reprises de Mukesh, Mohammad Rafi, Kishore Kumar et Jagjit Singh. L’un des titres les plus connus de ce dernier, Honto Se Choo Lo Tum, a récolté la faveur du public.
L’autre grand moment fort a été l’arrivée du chanteur Claudio Veeraragoo sur scène pour reprendre en duo avec Shaan le fameux titre Mera Dil Laile. Shaan a repris quelques couplets de la chanson en créole, ce qui a évidemment enchanté les spectateurs.
Toujours à l’écoute de ses fans, le chanteur a répondu favorablement à leurs demandes en interprétant aussi quelques titres en bhojpuri et en bengali. Shaan a aussi l’intelligence de mettre en lumière ses musiciens, tout particulièrement son nouveau saxophoniste.
Le concert a pris fin sur les notes de Where’s The Party Tonight. Sa passion, sa générosité et son éthique font de Shaan l’un des chanteurs indiens les plus appréciés du public.
 

 
Shaan : “La musique, c’est toute ma vie”
Élégant comme dans ses chansons, Shaan a toujours des mots sympas pour ses interlocuteurs. Scope l’a rencontré la veille de son concert. C’est un homme qui respire la sérénité. Le chanteur a grandi dans une famille où la musique était omniprésente. Il est considéré comme l’un des playback singers les plus talentueux de Bollywood.
Sur l’industrie du cinéma justement, Shaan déclare que Bollywood connaît une période de changement. “Avant, on donnait plus d’importance à la forme. Aujourd’hui, le fond aussi a son importance. Dans les films, on a beaucoup moins de chansons que dans les années 70 ou 80.”
Très investi sur le petit écran en Inde, notamment à travers les compétitions de chansons, Shaan déplore le fait qu’après avoir participé à ces émissions, beaucoup de candidats très talentueux n’arrivent pas à signer un contrat avec des maisons de disques. L’artiste a aussi monté une société avec sa femme Radhika Mukherji pour promouvoir les artistes en Inde. “On veut aider les chanteurs à se faire connaître. À travers notre société, Happydemic, nous sommes là pour promouvoir la live music.”
Un chanteur peut-il survivre en dehors de Bollywood ? “Bien sûr. Si vous avez du talent, le public sera toujours à vos côtés. Regardez Jagjit Singh, il a fait une très grande carrière avec ses albums de ghazals.”