L’introduction du système de rotation des médecins généralistes à tous les hôpitaux régionaux depuis le 1er août dernier suscite toujours la polémique. C’est du moins ce que font ressortir certains Medical & Health Officers qui relatent « un sentiment de deux poids deux mesures entre eux et les gestionnaires de services », lesquels seraient « exemptés du shift system grâce notamment à des extra duty » leur permettant ainsi de doubler leur salaire pouvant atteindre jusqu’à Rs 250 000 par mois. Selon eux, cette contestation est alimentée, d’une part, par la modification de leur temps de travail qui est passé de 33 à 40 heures par semaine, et d’avoir, d’autre part, été priés de limiter leur recours aux heures supplémentaires rémunérées.

C’est par le biais d’une correspondance adressée le 7 mars aux consultants en charge des hôpitaux de Jawaharlal Nehru, New Souillac et Mahébourg que le directeur régional de la santé, le Dr Goordoyal, a mis en exergue la recommandation s’articulant autour de « the abuse of the option for Medical & Health Officers/Senior Medical & Health Officers to do Bank sessions », indiquant « that you are reminded that the shift system was introduced with one of the aims, being to curtail overtime. » Il dénonce à ce propos « the practice of creating an artificial unavailability of officers for a shift, thereby resorting to allocation of Bank Sessions to those who are off duty is not acceptable and should be stopped straight-away. »

Cette manœuvre suscite la désapprobation de la Medical Health Officers Association (MHOA). Interrogé par Week-End, un représentant de ladite association affirme que « les heures supplémentaires dans les hôpitaux ont comme principaux objectifs de compenser le manque d’expérience des nouveaux médecins », lesquels, poursuit-il, « accompagnés par des Senior Medical & Health Officers, permettent d’assurer un bon équilibre dans la rotation, évitant ainsi de mettre la vie des patients en danger. » Face à ce constat, « nous avons envoyé un courrier au ministre de la Santé afin que cette démarche du Dr Goordoyal ne soit pas prise en considération. »

Et quid « des largesses accordées aux gestionnaires de services par leurs supérieurs hiérarchiques ? » En réalité, fait valoir un Medical & Health Officer opérant à Rose-Belle, « certains Duty Managers se la coulent douce pendant leurs heures d’extra duty et évitent de s’atteler aux différentes tâches qui leur incombent, nous laissant faire tout le boulot sans qu’on touche le moindre sou en plus. » Analysant d’autre part la composition du personnel au sein des différents établissements hospitaliers du pays, ce même interlocuteur évoque sans détour « l’existence de postes fictifs », notamment par rapport à celui d’assistant-surintendant. « Ce poste n’existe pas et est inutile car ces fonctionnaires ne travaillent pas assez ! »

Joint au téléphone, l’attaché de presse du ministre de la santé, tout en indiquant attendre la lettre de la MHOA a simplement indiqué qu’il ne souhaite pas faire de commentaire à ce stade.