Baptême du feu pour Shyam Hurchund cette saison au Champ de Mars après avoir obtenu du MTC sa licence d’entraîneur, tout comme Simon Jones.
Inconnu des turfistes mauriciens, Shyam Hurchund a mis le cap sur l’Afrique du Sud en 1995 en vue d’entreprendre des études d’ingénieur. Dans son pays d’adoption, il s’est également adonné à sa passion, à savoir les courses hippiques, pour ensuite devenir propriétaire de chevaux. Il devait ensuite approfondir ses connaissances en entreprenant des études sur les rouages de l’entraînement des coursiers, pour finalement devenir l’assistant-entraîneur de Tony Rivalland en 2008.
« Depuis ma tendre enfance, j’étais attiré par les chevaux et en Afrique du Sud j’ai pu réaliser mon rêve. J’ai eu la chance de rencontrer Tony Rivalland, de qui j’ai beaucoup appris. » Et pourquoi revenir à Maurice ? « Même quand j’étais en Afrique du Sud, j’ai toujours suivi les courses dans l’île et j’étais en contact permanent avec certains. Je peux dire que l’ambiance du Champ de Mars me manquait beaucoup. J’ai alors fait une demande de licence d’entraîneur et je suis tout excité d’exercer dans mon propre pays après avoir bien appris en Afrique du Sud. J’en profite pour remercier le MTC de m’avoir permis d’exercer mes talents au Champ de Mars. Je serai à la hauteur des espérances placées en moi. Je sais que ce ne sera pas si facile que cela, mais je veux réussir. C’est la passion des chevaux et des courses qui m’anime. »
Shyam Hurchund débutera la saison 2015 qu’avec un coursier, en l’occurrence Brave Leader, un pensionnaire de Rameshwar Gujadhur qui, en huit sorties la saison dernière, n’a obtenu que deux accessits, dont une deuxième place derrière Roventas lors de la journée internationale. Mais son effectif sera renforcé par l’arrivée de 10 nouveaux qui arrivent le 2 avril et un autre le lendemain. « Le temps que mes chevaux s’adaptent à leur nouvel environnement, je pourrai me familiariser aux rouages du Champ de Mars. Ce sera une saison d’adaptation en attendant l’année prochaine où je compte investir plus. »
En ce qui concerne l’embauche d’un jockey, l’entraîneur fera confiance aux Mauriciens cette saison.