Alors que les quatre grévistes de Saint-Malo se sont donnés jusqu’à lundi pour se faire entendre, une des grévistes a dû être transportée à l’hôpital du Nord, ce matin. Affaiblie, Rajespedee Cundasamy, âge de 47 ans, n’as pu malheureusement tenir la fatigue de son combat. Le SAMU a donc été dépêché sur place afin de la secourir. Ils ont également profité de l’occasion pour examiner les autres personnes au centre communautaire de Baie-du-Tombeau, qui compte 29 personnes environ. D’ailleurs, l’un des grévistes avait été conduit à l’hôpital le 14 février. Contre l’avis du médecin, celui-ci avait quitté l’hôpital pour reprendre sa grève de la faim. « Nous ne cherchons pas de l’argent, mais seulement une maison, » soutient Tony Armance, un des grévistes. Il explique également que beaucoup de personnes leur apportent du soutien et ils attendent désormais une action du gouvernement.

Pour rappel, ces quatre réfugiés des 10 familles actuellement au centre communautaire de Saint-Malo, Baie-du-Tombeau sont en grève depuis le 12 février. En effet, après les intempéries, ces familles y ont trouvé refuge pendant plus de deux semaines. Lassé de cette situation, elles ont décidé d’agir. Les grévistes expliquent qu’après avoir fait une demande pour une maison NHDC depuis déjà une dizaine d’années, rien n’a été fait. Ils revendiquent donc le droit au logement. Et dans l’incapacité de payer la totalité des Rs 60 000 à Rs 80 000 à verser à la NHDC pour obtenir une maison, ces derniers demandent au gouvernement de leur permettre payer cette somme en plusieurs tranches.