Ils ne seront plus que huit à se disputer l’épreuve principale réservée aux coursiers de la C4 ce samedi après le retrait de Dustan. Auteur d’une saison remplie l’année dernière, Chinese Gold tentera de débuter cette nouvelle campagne sur des chapeaux de roues mais ils sont plusieurs à pouvoir lui damer le pion.
Avec un bilan de trois victoires et quatre placés, Chinese Gold a plus que rempli son contrat en 2015. On peut même avancer que la moisson aurait pu être bien meilleure s’il n’avait pas joué de malchance — on pense ici à sa dernière tentative où la selle de son cavalier s’était déplacée. Affûté à l’heure des galops, Chinese Gold pourrait démarrer cette nouvelle campagne sur une note victorieuse, comme ce fut le cas l’an dernier. Le seul hic demeure cependant sa mauvaise ligne.
Mais le porte-drapeau de l’entraînement Maingard devra se méfier des redoutables frontrunners que sont Icy Jet et Maestro’s Salute. Le premier nommé avait effectué un retour discret à la compétition en fin de saison dernière mais il a paru à son avantage lors de ses derniers exercices matinaux. Mieux placé dans les boîtes, il sera très difficile à remonter s’il parvient à dicter le train à sa guise. Maestro’s Salute devra, lui, miser sur un départ impeccable car il a réussi ses meilleures courses quand il a pu faire la course à l’avant.
Il va sans dire que toute lutte prématurée pour le commandement ferait les affaires d’un finisseur tel que Kruger Rand. Après une association fructueuse avec Cedric Ségeon en 2014, le coursier de Patrick Merven a eu du mal à tenir sa partie face aux meilleurs compétiteurs de l’île l’an dernier. Avec une valeur revue à la baisse durant l’intersaison et avec quelques galops intéressants lors de sa préparation, Kruger Rand ne viendra certainement pas la fleur au fusil. Associé au flamboyant Noël Callow, ce fils de Goldkeeper peut venir mettre tout le monde d’accord si la course est courue sur de bonnes bases.
Gilbert Rousset sera le seul entraîneur à aligner deux partants dans cette épreuve, à savoir Seeking Angelo et Kimberly Al. L’alezan s’était bien tiré d’affaire la saison dernière mais il aura le désavantage de rendre du poids à tous ses adversaires. Patiemment entraîné, son cavalier devra s’assurer de ne pas être trop distancé quand le sprint sera lancé car la fraîcheur physique risque de ne pas être suffisante pour mater ses adversaires du jour. Kimberly Al ne compte, lui, aucune performance notable depuis qu’il a rejoint le yard de son nouvel entraîneur. Il n’est certes pas un cheval facile à entraîner mais il peut être un sacré compétiteur quand il se décide à mettre la tête à l’ouvrage. Pour peu qu’il ne se montre pas trop ardent durant le trajet, il devrait avoir une incidence sur l’ordre d’arrivée.   
Headstrong Harry sera, pour sa part, le porte-drapeau de l’entraînement Gujadhur. Le gris s’est souvent montré ardent lors de sa première campagne chez nous mais est tout de même parvenu à tirer son épingle du jeu. Le fait de reprendre la compétition sur un sprint pourrait lui être salutaire, d’autant plus qu’il sera le poids plume de la course. S’il se comporte bien, il peut espérer se glisser dans la bonne combinaison. Quant à King Neptune, il sera le unknown factor de cette épreuve. Ce miler d’expérience, qui en sera à ses débuts sur notre turf, a côtoyé de bons chevaux dans son pays d’origine. Il ne part pas battu d’avance, surtout sur une distance idéale pour une reprise.