SOCIÉTÉ - HYPERTENSION, DIABÈTE, CANCER : La malbouffe tue de plus en plus de Mauriciens

Quand on mange mal, on s’expose à des problèmes de santé grave… Et cela concerne de plus en plus de Mauriciens. C’est ce qui est mis en avant en marge de la journée mondiale de la malbouffe, observée le 21 juillet. À Maurice, ces mauvaises habitudes alimentaires font monter les chiffres liés au diabète, à l’hypertension — qui sont responsables de 50 % des décès — et également à certains types de cancer.
“À Maurice, la malbouffe connaît une progression constante”, dit Aryamah Doomun, Chief Nutritionist au ministère de la Santé. Elle fait ressortir qu’il est désormais presque une habitude pour les Mauriciens de consommer des fast-foods. “Notre train de vie moderne fait qu’il est plus facile et moins coûteux de manger autre chose que le fait maison. Or, très peu de personnes se rendent compte que les options faciles sont souvent hypocaloriques et encouragent la surconsommation. La prise de lipides en grande quantité génère beaucoup d’énergie qui n’est pas dépensée comme il se doit”, poursuit-elle.

Responsables de plus de 50 % des décès à Maurice.
La malbouffe contribue largement à des problèmes de santé graves tels que le diabète, l’hypertension, de nombreux problèmes cardiovasculaires et les affections respiratoires. “Ces problèmes de santé sont responsables de 50 % des décès à Maurice”, dit Aryamah Doomun. Elle indique également que la malbouffe peut être responsables de certains cancers tels que de la prostate, du pancréas, des ovaires, des seins, de l’utérus, des poumons et des intestins. Selon la nutrioniste Lindsay Kassem, la malbouffe provoque également la perte d’énergie et est responsable du fait que de nombreux Mauriciens ont du ventre. Cette mauvaise alimentation riche en graisse est également une des premières causes de l’obésité qui est en hausse selon une étude réalisée en 2015 par le ministère de la Santé. De 16 % en 2009, elle est passée à 19 % en 2015. Selon elle, 398 417 Mauriciens sont en surpoids ou obèses. Sachez aussi qu’un tiers des Mauriciens a un taux élevé de cholestérol dans le sang. L’une des principales causes de tout cela serait notre façon de nous alimenter.

Méconnaissance des Mauriciens.
Les produits mis à l’index sont en général trop riches en graisses, sucre, sel, produits chimiques et pauvres en fibres végétales, vitamines et sel minéraux. Ce qui les rend nocifs pour la santé. “Prenons par exemple un menu typique de fast-foods : rounder, frites, boisson gazeuse et ketchup. Ce type d’alimentation ne contient que trois saveurs sur six : sucré, salé et acide. Parmi les produits chimiques, on trouve parfois de l’acrylamide dans les frites. Cette substance est reconnue comme cancéreuse. On retrouve aussi du suif de bœuf, du dextrose et du gluten dans ces frites. Mais cette nourriture n’est pas bonne pour la santé, car elle est déséquilibrée et difficile à digérer. Les effets de cette nourriture à court terme : une léthargie, une lourdeur d’esprit ou le phénomène dit de l’avidité”, explique la chief nutritionist du ministère de la Santé.
La nutritionniste Lindsay Kassem, elle, fait comprendre que les Mauriciens ne savent pas forcément discerner entre ce qui est considéré comme de la nourriture saine et la malbouffe. Se basant sur les réponses inscrites sur des fiches qu’elle fait remplir à chacun de ses patients, elle remarque que dans 90 % des cas, ce qu’ils décrivent comme nourriture saine ne l’est pas. “La nutrition a changé. Les Mauriciens, en général, n’ont pas une vue actualisée de la nourriture saine. Il y a 20 ans, il y avait des aliments et des breuvages qui étaient toujours considérés comme sains alors qu’ils ne le sont pas comme les jus de fruit. À savoir qu’un jus de fruit même frais est dépourvu de fibre et est en somme que du sucre principalement.”

7 variétés de légumes en un repas.
De même, tout ce qui est mangé en excès entre dans cette catégorie, selon Lindsay Kassem. Ainsi fait-elle ressortir que les Mauriciens ont tendance à manger beaucoup de trop de riz. “Manger du riz tous les jours n’est pas bon pour votre santé. Quand vous en mangez, il faut savoir qu’une quantité pas plus grande que votre poing est suffisante. Le reste de votre assiette devrait se composer de beaucoup de légumes, normalement 7 variétés au lieu de une ou deux comme on a tendance à la faire à Maurice.” La nutritionniste attire également l’attention sur notre façon de consommer des légumes, arguant que manger des légumes trop cuits n’est pas conseillé. “Quand vous préparez un curry par exemple, il ne reste plus de nutriments dans les légumes parce qu’ils ont été trop cuits. Il faut privilégier les légumes crus ou très peu cuits.”


La malbouffe
Il s’agit d’un terme populaire donné à la nourriture jugée mauvaise sur le plan diététique en raison notamment de sa faible valeur nutritive et de sa forte teneur en graisses ou en sucres. Tout ce qui est transformé à l’instar des hamburgers, des saucisses ou des nuggets est associé à la malbouffe car contenant des produits chimiques. Les chips ou les menus des fast-foods tels que les nouilles frites sont également concernés car ce ne sont pas des mets équilibrés. Selon Mme Lindsay Kassem, nutritionniste, tout ce qui se vend en plastique et les produits frits entrent dans cette catégorie également.