Dans le cadre des célébrations de son 86e anniversaire, le Premier ministre a effectué une série de sorties cette semaine. Outre le lancement d’une biographie à son nom, lundi dernier, au Business Parks of Mauritius Ltd, Sir Anerood Jugnauth a participé à deux dîners organisés, le premier par son fans club, et le second par Bissoon Mungroo, respectivement mercredi et vendredi derniers. Des occasions dont a profité le PM pour recadrer ses ministres et députés, insistant qu’il sera sans pitié envers ceux trouvés coupables de fraudes et de corruption. Le chef du gouvernement a fait ressortir qu’en dépit des secousses, son gouvernement est toujours solide. S’il a effectué des sorties en règle contre Navin Ramgoolam et Paul Bérenger, il a également mis en garde contre toute tentative de division dans la population.
“On ne peut plus compter sur Vishnu Lutchmeenaraidoo”
Les messages de SAJ à l’occasion des célébrations de son 86e anniversaire étaient sans équivoque : le PM recadre ses troupes. S’il a rappelé certains temps forts de sa carrière, indiquant que son but a toujours été d’être proche des gens et de les servir et qu’il veut honorer la confiance placée en lui, il a aussi révélé qu’”avec se ki finn arive, mo nepli kapav kont lor Vishnu.” En 1982-83, a-t-il rappelé, il avait à ses côtés le camarade Vishnu comme ministre des Finances. “Je dois dire qu’il a tow the line et avait travaillé”, dit-il. Cependant à l’époque, ajoute-t-il, il y avait  beaucoup de renseignements et rumeurs à son sujet. “On disait que Vishnu fait ceci, fait cela. Les gens l’appelaient “rasoir”. Moi, j’étais satisfait du travail qu’il accomplissait. Je ne fais rien sans preuve. S’il y a des preuves devant moi, je suis sans pitié, vous le savez”, dit-il. Et d’indiquer que même à l’époque du Remake, il avait insisté pour que Vishnu devienne le ministre des Finances et qu’ensemble, ils accomplissent un deuxième miracle. Mais les choses sont différentes aujourd’hui, il faudra faire sans Vishnu Lutchmeenaraidoo.
SAJ a réaffirmé sa volonté de lutter contre la corruption et fait comprendre qu’une enquête est en cours. S’il s’avère qu’il y a eu maldonne, dit-il, il n’hésitera pas à prendre la décision qui s’impose. Il a tenu à préciser avoir toujours travaillé pour le pays et n’avoir jamais pensé faire fortune. “Je mets au défi un businessman de dire que SAJ a demandé une commission ou a pris une commission”, a-t-il soutenu en insistant qu’il ne permettra jamais la corruption ou le cover-up dans son gouvernement.