Un glissement de terrain s’est produit dans la nuit de mardi à mercredi, vers 3 h du matin, le long de la route principale de Souillac, près du Batelage, le port historique de la localité. Il n’a heureusement fait aucune victime. Une maison se trouvant en haut du talus pourrait cependant être menacée si le phénomène se reproduit.
Plusieurs arbres qui habillaient le talus derrière le Batelage ont été soudainement déracinés vers 3 h du matin et sont descendus jusqu’à la route, provoquant un éboulement du sol. Cet amas de terre et d’arbres a  obstrué la route, bloquant ainsi le trafic dans les deux sens. Le National Disaster and Risk Reduction and Management Council a aussitôt été alerté et des mesures immédiates ont été prises pour remédier à la situation. Un communiqué a d’ailleurs été émis par cette instance étatique, qui fonctionne sous l’autorité du ministère de l’Environnement, du Développement durable, des Catastrophes naturelles et de la Gestion des plages du ministre Raj Dayal.
La situation n’a été maîtrisée que vers 16 h le même jour et la route a été rouverte à la circulation après que la SMF ait déblayé tous les obstacles et s’assure que le sol soit suffisamment stable. Comme mesure proactive, il a été décidé que de cette partie de la route serait temporairement convertie en une route à sens unique vers le village de Surinam. Tout le trafic en sens inverse, vers Souillac, a été détourné vers la rue Defoches, sur le haut du talus, qui sera également une route à sens unique.
En attendant, tous les acteurs concernés ont été chargés de mener une enquête en profondeur et de mettre en oeuvre des mesures correctives immédiates pour sécuriser la zone. La NDRRMC et le ministère de l’Environnement surveillent la situation de près et font de cette question une priorité. Ils ont d’ailleurs  annoncé les mesures suivantes, avec effet immédiat : Installation de lampadaires le long de la partie affectée de la route, mise en place de sacs de sable comme une zone tampon le long de la route principale, installation de panneaux de signalisation indiquant les régimes et vitesses, limitations de détournement de trafic, publication de communiqués de presse pour informer le public de la situation, patrouilles de police régulières pour assurer la sécurité des usagers, et surveillance constante de la situation.