Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi s'étaient rencontrés à l'Elysée en décembre 2007.@ FRANCK FIFE / AFP

L’ancien président français Nicolas Sarkozy, a été inculpé mercredi soir dans le cadre de l’enquête sur des soupçons de financement libyen de sa campagne électorale pour la présidentielle de 2007, a-t-on appris de source judiciaire. M. Sarkozy, qui nie les faits qui lui sont reprochés, a été mis en examen (inculpé) pour «corruption passive », «financement illégal de campagne électorale» et «recel de fonds publics libyens» et placé sous contrôle judiciaire, a précisé cette source.

«C’est un coup de tonnerre après cinq ans d’investigations. Il est mis en examen des principaux chefs dans cette enquête», a relevé une source proche du dossier. «La justice dans ce pays est libre, qu’on soit ancien chef d’Etat, parlementaire ou ministre», a déclaré à l’AFP Christophe Castaner, délégué général de La République en marche, le parti soutenant le président Emmanuel Macron.

Sollicités, les avocats de M. Sarkozy n’étaient pas disponibles dans l’immédiat. L’inculpation de Nicolas Sarkozy, 63 ans, dans le dossier libyen marque un formidable coup d’accélérateur dans cette affaire instruite par des magistrats du pôle financier depuis près de cinq ans. La garde à vue de l’ancien chef de l’Etat, qui avait débuté mardi, s’était terminée mercredi en fin d’après-midi. Elle a duré en tout 26 heures.

L’ex-président était arrivé peu avant 08H00 (07H00 GMT) à l’office anticorruption à Nanterre, près de Paris, selon des sources proches du dossier. Mardi, son audition entamée dans la matinée avait été interrompue vers minuit. Egalement entendu, mais sous le statut de «suspect libre», Brice Hortefeux, un proche de l’exprésident qui occupa plusieurs postes ministériels pendant son quinquennat (2007-2012), avait été entendu mardi à l’office anticorruption. «M. Hortefeux a de nouveau assuré qu’il n’y avait pas eu de financement en provenance de Libye ou de quelque pays étranger. En répondant aux nombreuses questions qui lui ont été posées, il a démenti les erreurs et rumeurs qui ont couru sur cette affaire», a déclaré à l’AFP son avocat, Jean-Yves Dupeux.

Circulation d’argent liquide

Depuis la publication, en mai 2012, par le site internet d’informations Mediapart d’un document libyen – attribué à l’ex-chef des renseignements Moussa Koussa – accréditant un financement d’environ 50 millions d’euros, pour permettre notamment à la Libye de sortir de son isolement diplomatique, les investigations des juges ont considérablement avancé.

Plusieurs protagonistes du dossier, dont plusieurs ex-responsables libyens, ont accrédité la thèse de versements illicites. Le sulfureux homme d’affaires Ziad Takieddine a lui-même assuré avoir remis entre fin 2006 et début 2007 trois valises contenant cinq millions d’euros venant du régime de Kadhafi à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, et à son directeur de cabinet, Claude Guéant.

«Le menteur, ce n’est pas moi», a réagi M. Takieddine après l’inculpation de l’ex-président. «Petit à petit, l’étau se resserre, tout commence à tomber et la mafia aussi», a-t-il ajouté.

L’enquête avait été élargi en janvier à des soupçons de financement illégal de campagne électorale. Cet élargissement faisait suite à un rapport de l’office anticorruption, daté de septembre, qui évoque une circulation importante d’espèces dans l’entourage du candidat du parti UMP durant la campagne pour la présidentielle de 2007. «Tout le monde venait chercher son enveloppe», a relaté une ex-salariée, selon ce rapport dont l’AFP a eu connaissance, doutant qu’une distribution aussi massive ait pu se faire sans que Nicolas Sarkozy ait été au courant.