L’imam Zaheer Peerbux ouvre cette année encore les portes de sa maison à sa famille et ses amis pour célébrer après un mois de jeûne le Eid-Ul-Fitr. « Un mois pour moi, cela s’est passé trop vite. Mais le Ramadan nous aide à nous renforcer spirituellement. » Aujourd’hui, jour de réjouissances, l’heure est aux célébrations autour du partage d’un bon briani.

L’imam Zaheer Peerbux et son épouse
Sharmeen dans la joie de Eid

Il règne un sentiment de joie chez les Peerbux. L’imam Zaheer Peerbux se fait toujours un devoir de s’entourer de ses voisins et de ses amis. Trois jours avant le Eid-Ul-Fitr, Le Mauricien les a rencontrés pour voir comment ils vivaient cette entente avant de les revoir le jour de la fête pour voir la belle ambiance existante lors de la préparation des gâteaux. Faiza Begum, une ancienne voisine qui a vécu 17 ans au Canada, fait état de l’entente qui existe entre elle et les Peerbux. « Je n’habite plus dans le coin mais nous sommes restés proches. Pour le jeûne, c’était plus difficile pour moi vu qu’il y a 12 heures de différence entre Maurice et le Canada. Et quand le Ramadan tombait en pleine période hivernale, il fallait s’accommoder. Je travaillais dans un prêt-à-porter comme manager à Vancouver et j’ai eu la chance plusieurs fois d’assister à des programmes au Centre Islamique.

La période de jeûne est sacrée, c’est une manière de tester sa foi et surtout de faire du bien autour de soi. C’est le moment de penser aux plus démunis. On donne à tous les pauvres quelle que soit sa religion, car le partage est un moment béni. » À présent qu’elle est retournée vivre à Maurice, Faiza dit se réveiller très tôt le matin et après le “namaz”, prépare le repas qui doit être consommé avant 5 heures « On ne pourra alors ni manger ni boire jusqu’au coucher du soleil. C’est là où réside notre force, on se purifie et on demande à Allah de nous bénir et de nous rendre forts pour mener à bien cette pé riode du Ramadan. » Une lueur de joie brille dans son regard. Et Faiza de préciser : « La foi, ene grand zaffaire. Boucou miracles capav vini lors ou chemin si ou fer li avec sincérité et honnêteté. » Me Rajen Appanah parle du « sentiment de camaraderie » qui existe entre lui et l’imam. « L’imam Peerbux est ouvert à toutes les religions et lors de la célébration de l’Eid-Ul-Fitr, ce sera comme un rayonnement sur la famille et les connaissances. Le Ramadan, c’est un moment fort pour repenser aux bienfaits du Créateur.

Maliha et Muzammeel impatients de partager
les douceurs de la Eid avec les voisins

La prière, c’est avant tout un moment de pensée universelle. La philosophie musulmane est qu’en ce jour béni on arrive à témoigner sa foi et ce, quelque soit notre appartenance sociale. En période de jeûne, tous les musulmans ne font qu’un. » L’imam Peerbux évoque, lui, le Laila Ul qadr, la nuit du destin qui s’est passé dans la prière. « Beaucoup de personnes ont décidé de prier dans les mosquées. Au cours de cette nuit spéciale, beaucoup ont demandé la clémence. C’est une période de sacrifices et le Ramadan nous permet de prier beaucoup plus. »

En cette fête d’Eid-Ul-Fitr, l’heure pour lui est aux réjouissances en compagnie de son épouse Sharmeen. Et c’est dans sa maison que l’imam Peerbux et toute sa famille se préparent à accueillir leurs familles et invités. Auparavant, c’est à la mosquée qu’il réunit les fidèles autour du “Namaz Eid” pour marquer la fin du Ramadan. « Je remercie Aslam Kathrada qui m’a permis d’effectuer les ‘namaz’ à l’heure. Le jour de la fête, il faut aussi rendre un hommage aux morts. J’ai une pensée spéciale pour toutes ces familles qui ont perdu un proche dans un accident de la route et je fais appel à la prudence en ce jour de fête », confie-t-il.

Le gâteau Eid Mubarak pour célébrer entre proches, amis et voisins

Le grand nettoyage a eu lieu, les beaux habits sont de la fête. On distribue des cadeaux (toffa), les effluves du briani se répandent dans toute la maison, les vermicelles sont déjà sur la table ainsi que tous les gâteaux qui font les délices de petits et grands. Chacun se souhaite mutuellement Eid Mubarak, une manière agréable de recevoir aussi la bénédiction des uns et des autres.